Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Mon fiancé et son pote abuse de mes orgasmes

Je suis allongée sur le lit, les mains attachées aux poteaux au-dessus de ma tête faisant ressortir mes gros seins ronds de ma poitrine. Mes chevilles sont attachées aux poteaux au pied du lit, de chaque côté en écartant mes jambes, exposant mes parties intimes les plus secrètes à l’air frais du soir. Les yeux bandés, mes autres sens devenaient de plus en plus aigus et je saisissais le moment où la porte s’ouvrait discrètement et où il entrait dans la pièce.

Je pouvais entendre sa respiration s’accélérer à la vue de moi allongée sur le lit, totalement à sa merci. Mon propre souffle s’est pris dans ma gorge alors que je me demandais ce qui allait se passer ensuite. Je l’ai senti s’approcher, j’ai souhaité qu’il parle sans oser faire de bruit moi-même.

J’avais accepté, c’était un défi censé être un peu amusant, mais maintenant je n’en étais plus si sûre. Le côté du lit a bougé quand il s’est assis à côté de moi, son souffle a traversé mes tétons, les faisant se raidir encore plus moi qui ai la chance d’avoir de très gros tétons si sensibles au toucher. Soudain, ses doigts ont effleuré mon ventre et j’ai haleté en réalisant que j’en voulais plus, me permettant d’accepter que ce scénario m’excitait vraiment.

Alors que je sentais ma mouillure augmenter, ses doigts ont lentement remonté de mon nombril jusqu’au point situé entre mes seins. J’ai essayé de bouger pour qu’il touche mon mamelon mais il a immédiatement retiré sa main. J’ai gémi et me suis tue en attendant impatiemment le retour de son toucher. Finalement, une fois que j’étais à nouveau immobile et silencieuse, j’ai senti le bout de ses doigts faire lentement le tour de mon nombril. Oh, j’en voulais plus, je me suis mordu les lèvres pour ne pas gémir et j’ai été obligée d’attendre pendant que le bout de ses doigts se déplaçait à nouveau entre mes seins. En m’y attardant, j’ai senti son souffle sur mon ventre puis ses lèvres toucher ma peau douce. J’ai haleté puis j’ai senti ses doigts effleurer légèrement mon téton. Mon dos s’est arqué alors que mes seins en redemandaient. Ses lèvres ont parcouru le même chemin que ses doigts plus tôt, sauf qu’elles n’ont pas hésité au point entre mes seins. Sa main a saisi mon gros sein et a amené le mamelon directement vers sa bouche. J’ai de nouveau haleté lorsque mon téton en érection a été englouti par sa bouche. Sa langue qui effleure le bout du téton m’a fait cambrer le dos pour essayer de pousser plus loin en lui.

Son autre main a poussé mon dos sur le lit et sa bouche a libéré mon mamelon, humide dans l’air frais du soir. Maintenant je le sentais bouger, il est descendu du lit et j’ai attendu anxieusement en espérant désespérément qu’il ne quitterait pas la pièce. Mes craintes se sont vite dissipées car il est monté sur le lit, cette fois à califourchon sur moi, un genou de chaque côté de mes jambes. J’ai senti ses yeux parcourir mon corps et de nouveau ma mouillure et la douleur dans mon abdomen ont augmenté. Ses mains ont touché mes cuisses, le bout des doigts effleurant l’extérieur de la cuisse jusqu’à l’intérieur. Je pouvais sentir ma mouillure couler le long de mon corps et dans la fente entre mes fesses. Ces doigts se rapprochaient du haut de mes cuisses maintenant et chaque coup de pinceau faisait augmenter ma respiration. Soudain, il s’est arrêté et j’ai crié d’angoisse. Pour la première fois, il a émis un son, ‘chut’, puis je me suis tue à nouveau. J’ai essayé de reconnaître la voix mais j’ai échoué. Mon esprit ne pouvait pas se concentrer sur autre chose que mon désir maintenant brûlant. J’ai senti son poids se déplacer alors qu’il s’appuyait sur ses mains au-dessus de moi. Son souffle sur mon visage se rapprochait jusqu’à ce que je puisse presque sentir ses lèvres contre les miennes. Sa langue a effleuré mes lèvres et ma bouche s’est ouverte pour lui donner accès. Sa langue a de nouveau effleuré mes lèvres, me faisant ressembler à un petit oiseau qui essaie de l’attraper. Enfin, sa langue est entrée dans ma bouche et l’a explorée à fond tout en embrassant mes gémissements de désir.

Il a léché mon cou et mordillé les lobes de mes oreilles, me donnant le vertige avec un désir tellement accru que j’ai senti ma mouille dégouliner le long de mes cuisses et de ma fente, humidifiant les vêtements du lit. Il a léché chaque téton à tour de rôle en caressant mes seins avec des doigts tendres. Lentement, sa langue a voyagé jusqu’à mon nombril et là, il a passé du temps à l’embrasser, le sucer et le lécher à l’intérieur et autour, ce qui m’a fait cambrer le dos et gémir avec un profond besoin d’être comblée. Sa langue a ensuite léché jusqu’à mon monticule rasé. J’ai haleté en sentant son souffle sur cette partie la plus intime de moi. Chaque côté du haut de mes cuisses a été exploré par cette langue fouineuse tandis que ses mains se sont frayées un chemin sous mes fesses en me soulevant légèrement pour lui permettre un meilleur accès à cette fleur secrète. Il a soufflé doucement sur ma fleur et j’ai haleté et gémi à la sensation. Sa langue a délicatement effleuré ma fente jusqu’à cet endroit très sensible. J’ai crié quand il s’est arrêté avant de le toucher. Il a rapidement fait taire mon cri en couvrant ma bouche avec la sienne, sondant ma bouche avec sa langue pour que je puisse goûter sa propre humidité. Avec avidité, j’ai poussé contre sa bouche en essayant d’introduire sa langue plus loin dans ma bouche mais il s’est retiré et m’a poussée une fois de plus sur le lit.

De nouveau, ses lèvres et sa langue ont descendu le long de mon corps, de nouveau sa langue a frôlé ma fente et de nouveau, à ma grande frustration insupportable, elle s’est arrêtée avant de toucher cet endroit. Cette fois, je me suis mordu la lèvre pour ne pas crier et il a grogné son approbation. Il me taquinait au-delà de l’endurance ; je ne savais pas combien de temps encore je pouvais supporter. Son poids a de nouveau bougé alors qu’il s’est mis à quatre pattes au-dessus de moi. Je suis restée sans défense et des larmes de frustration ont lentement glissé sur mes joues. Il s’est penché en avant et j’ai senti son membre dur frôler entre mes jambes tandis que sa bouche s’intéressait à nouveau à mes tétons. J’ai soulevé mes fesses pour essayer de capturer son membre entre mes jambes, pour essayer de le faire entrer en moi. Il s’est balancé d’avant en arrière, chaque coup amenant sa tige dure à juste toucher ma fleur puis à s’éloigner. Je me mordais si fort la lèvre que je pouvais goûter mon propre sang mais il a continué.

Soudain, à la hauteur d’un coup où son membre ne faisait que me toucher, il s’est arrêté, le laissant reposer contre mon trou. J’ai senti mes fesses sauter vers lui, le voulant tellement à l’intérieur de moi. Il l’a poussé contre moi en brisant juste l’entrée avec sa pointe et s’est à nouveau arrêté. J’ai crié et me suis tordue sous lui, incapable d’en supporter davantage, je voulais juste être remplie par cette tige dure. Lentement, il s’est avancé dans mon trou, le prenant petit à petit tandis que je bougeais sous lui en le poussant en moi. Finalement, j’ai senti qu’il donnait une poussée et ses couilles ont claqué contre moi. Enfin, j’étais pleine.

Comme au ralenti, il s’est retiré jusqu’à ce qu’une fois de plus, seule sa pointe soit en moi. Il a continué à pomper lentement jusqu’à ce que je sente la marée montante de l’orgasme atteindre son apogée, puis il s’est arrêté. J’ai crié pour protester mais il n’a pas bougé. Je me suis tordue sous lui en essayant d’entrer en contact avec ce point spécial qui me pousserait à bout et me libérerait. Il n’a toujours pas bougé.

Soudain, j’ai entendu la porte s’ouvrir et une autre personne est entrée dans la pièce. Silencieusement, cette deuxième personne s’est approchée du lit. Je l’ai sentie monter sur le lit et se mettre à cheval sur moi près de ma tête. J’ai senti une légère odeur de sexe et j’ai réalisé que cette personne était nue. Ses doigts ont frotté mes tétons alors qu’il poussait une fois de plus en moi. Cette fois, j’ai senti l’autre personne se pencher sur moi et j’ai senti son membre dur effleurer mes lèvres. Ma bouche s’est ouverte avec avidité et ma langue s’est élancée pour entrer en contact avec le gland. Un halètement au-dessus de moi a confirmé que cela avait l’effet désiré et ma bouche a accepté la grande tige gonflée qui y était descendue. J’ai sucé fort alors que je sentais la marée de l’orgasme monter une fois de plus en moi.

Les mains sous mes fesses m’ont soulevée pour que l’ensemble de son pénis puisse être poussé avec force en moi, chaque coup lent et mesuré me procurant un maximum de sensations. Les doigts ont frotté mes tétons pendant que je suçais le deuxième pénis en levant la tête pour essayer d’en mettre plus dans ma bouche. Finalement, je n’ai plus pu me retenir et la marée m’a envahie, mon corps s’est mis à trembler et à trembler lorsque l’orgasme m’a prise. Il continuait à pomper en moi, me faisant me tordre à chaque coup. Un halètement près de ma tête et ma bouche était pleine de sperme ; en avalant rapidement, j’ai continué à sucer fort alors que mon orgasme continuait à me faire atteindre de nouveaux sommets. Finalement, je suis redescendue et je me suis allongée épuisée sur le lit.

Celui qui était à mes pieds a retiré son pénis et a entouré sa main autour de son monticule en retenant la chaleur et le désir à l’intérieur. Celui qui est à ma tête a baissé la tête et a embrassé doucement ma bouche. J’ai gémi lorsque j’ai senti sa langue toucher la mienne. La main a été retirée de mon monticule et j’ai de nouveau senti son souffle souffler doucement sur moi. Cela a rapidement été remplacé par sa langue qui a effleuré mon clito sensible encore engorgé par son orgasme précédent. J’ai lutté contre mes liens alors que je sentais une autre vague se former en moi. Alors que je criais à haute voix, une bouche a rapidement recouvert la mienne en m’embrassant d’une manière profonde et passionnée.

Cette fois, il ne s’est pas attardé mais m’a rapidement sucé et léché mon museau, ce qui m’a fait atteindre l’orgasme. Je me suis violemment déhanchée en criant avec un abandon que je n’avais jamais ressenti auparavant. Alors qu’il s’apaisait, mes liens ont été défaits et mon bandeau a été enlevé. En clignant des yeux dans la lumière, j’ai levé les yeux pour voir mon petit ami qui me regardait toujours en frottant doucement mes tétons. Son meilleur ami se tenait au pied du lit, nu, son grand pénis en érection une fois de plus à ma vue. J’ai senti que j’en voulais encore plus et j’ai embrassé mon petit ami avec avidité. Ensemble, sans le bandeau et les liens, “NOUS” avons exploré d’autres positions.

je suçais le deuxième pénis en levant la tête pour essayer d'en mettre plus dans ma bouche

© Copyright 2019 https://www.sexechope.com/ - Tous droits réservés

Tchat Sexy Gratuit