Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Dominatrice perverse dépucèle son esclave

Cela a commencé au dîner. L’humour et le badinage de la conversation à table étaient ponctués par ses regards et ses sourires significatifs. Elle a tissé son cocon émotionnel autour de son esprit, lentement et soigneusement, canalisant la conversation dans la direction qu’elle recherchait, le taquinant et le séduisant avec la voix comme avec les mots.

Cela a progressé avec un massage du dos. La femme dominatrice l’avait ramené à la maison, et avait dit qu’elle voulait qu’on lui masse le dos. Elle s’est allongée sur son lit, face contre terre, et a attendu avec confiance qu’il commence. Il a grimpé sur le lit et s’est soigneusement mis à cheval sur ses fesses. Avec des doigts nerveux, il a dézippé sa robe, défait la bretelle de son soutien-gorge et fait glisser la robe jusqu’à sa taille. Il a commencé le massage au bas de son dos, un pouce sur chaque flanc de sa colonne vertébrale, en remontant lentement les pouces sur les côtés de sa colonne vertébrale. L’homme obéissant s’est penché en avant pour mettre tout son poids dans l’effort, et ses fesses ont frôlé son entrejambe de façon taquine, le remuant. Ses mains se sont arrêtées sur ses omoplates, maintenant complètement déployées, frottant profondément sa peau lisse.

Le soumis est revenu au bas de son dos, et a commencé à répéter le processus. Il se délectait de la sensation de sa peau lisse contre ses doigts. Après des mois de fantasmes, il touchait réellement sa peau nue. Ses fesses frôlaient encore son pénis à travers le tissu de son pantalon et la culotte soyeuse qu’elle lui avait fait porter sous son pantalon.

La femme dominante a gémi légèrement, et il a répondu avec un doux gémissement de son propre chef.

“Tu ne peux pas venir, esclave”, dit-elle fermement.

“Je ne peux pas venir, Maîtresse”, a-t-il répondu dans un murmure rauque.

“Tu connais les conséquences”, l’avertit-elle.

“Oui, Maîtresse, je connais les conséquences.”

Il a commencé un troisième circuit le long de sa colonne vertébrale, et a commencé à transpirer un peu. C’était en partie dû à l’effort, mais aussi à la chaleur de la sensualité qui passait entre eux.

Au cinquième circuit, il avait perdu le compte. La tête de son pénis avait dépassé la ceinture élastique de la culotte sous son pantalon, et l’élastique s’étirait juste sous la tête de son sexe. Il a fermé les yeux et s’est concentré pour lui obéir. Il ne pouvait pas éjaculer. Ne pouvait pas… ne pouvait pas… ne pouvait pas….

L’homme obéissant repense à leur rencontre sur Internet, aux mois qu’ils ont passés à échanger des e-mails et des appels téléphoniques, puis à un dîner en tête-à-tête un soir, et maintenant ils ont prévu un long week-end ensemble.

Au cours de ces mois de séparation, la dominatrice perverse l’avait subtilement entraîné par des appels téléphoniques et des e-mails, le préparant mentalement au moment de l’abandon inconditionnel à elle. La perverse dominante savait qu’elle le taquinait depuis assez longtemps, et elle ne voulait pas qu’il échoue le test… pour le moment.

“Stop !” elle a ordonné, et il s’est arrêté. “Merci, c’était bien fait.”

“Merci, Maitresse.”

“Maintenant, lève-toi et déshabille-toi !”

Maladroitement, le soumis est descendu d’elle, puis du lit. Il rougit, et toutes sortes d’émotions se cachaient derrière ce rougissement : nervosité, excitation, embarras et anticipation.

La femme autoritaire était confortablement allongée sur le côté, le regardant se déshabiller. Elle appréciait le spectacle, sachant que son regard franc et inquisiteur l’humilierait et l’exciterait davantage. Quand il est arrivé à la culotte rouge coquine, elle lui a fait signe de la laisser. Elle lui a fait signe de se tourner dans le sens des aiguilles d’une montre pour qu’elle puisse voir tous ses angles. La domina lui a fait répéter le tour parce que cela l’amusait de le voir rougir, et pourtant essayer de prendre une pose sexy pour elle.

Elle a souri mais n’a pas ri. Elle lui a ordonné de s’agenouiller. Elle s’est lentement assise et a commencé à se déshabiller pendant qu’il regardait à genoux, le bout de sa bite dépassant encore de la ceinture de la culotte. Elle a balancé ses jambes sur le côté du lit, un pied effleurant légèrement la tête nue de sa bite.

Il a gémi.

“Adore mes pieds”, a-t-elle dit, tout doucement.

Il a pris le premier pied dans ses mains et a commencé à en pétrir les muscles. Il a ramené le pied vers le haut et a commencé à lécher la plante de son pied, puis a passé sa langue entre ses orteils, et enfin a aspiré chaque orteil dans sa bouche aussi lentement et sensuellement qu’il le pouvait. Il a ensuite pris son deuxième pied et a répété le processus, tandis qu’elle utilisait son pied déjà vénéré pour le taquiner en frottant son gros orteil contre la partie inférieure de sa tige à travers le tissu soyeux de la culotte rouge.

Quand elle en a eu assez, la dominatrice fétichiste a retiré son pied et s’est levée.

“Ferme les yeux”, a-t-elle dit. Il a fermé les yeux. “Garde-les fermés jusqu’à ce que je dise le contraire.”

“Oui, Maîtresse.”

“Et à partir de maintenant”, a-t-elle ajouté en se plaçant derrière lui, “tu ne parleras pas. Tu peux gémir couiner, gémir et pleurer, mais je ne veux pas entendre une seule syllabe qui ressemble à un langage humain. Si tu comprends, hoche la tête pour moi.”

Il a hoché la tête, écoutant un tiroir s’ouvrir et se fermer, et le bruit du verre sur le verre derrière lui. Il avait désespérément envie de se retourner et de regarder, mais il ne voulait pas désobéir. Alors il s’est agenouillé là et a hoché la tête, attendant son prochain mouvement.

L’esclave sexuel l’a sentie s’agenouiller derrière lui plutôt que de l’entendre. C’est la légère brise de son souffle près de son oreille, et l’arôme léger de son parfum qui l’a alerté. Il a soudainement senti la main étonnamment forte de la jeune femme saisir son poignet droit et l’entourer sans effort d’une attache qui avait l’aspect du cuir. Une autre attache est passée rapidement autour de sa cheville droite. Une autre paire d’attaches a été rapidement ajoutée à son côté gauche.

Le soumis fétichiste des pieds était attaché et sans défense. Il était excité par ce sentiment d’impuissance totale. Comme c’était bon, comme c’était juste. Il savait qu’il venait de dépasser le point de non-retour, et il savait qu’il voulait dépasser ce point.

La perverse dominante a enfermé sa tête dans une cagoule en caoutchouc, qui couvrait tout sauf ses narines et sa bouche. Elle a frotté ses mains sur le caoutchouc qui recouvrait son visage, appréciant la sensation du caoutchouc, et devenant excitée à l’idée de son pouvoir croissant sur lui.

“Maintenant tu peux ouvrir les yeux, esclave”, a-t-elle gloussé.

Il hocha lentement la tête, ne sachant pas quoi faire d’autre.

La femme autoritaire lui a attrapé les épaules et l’a fait basculer sur le dos, les pieds à plat sur le sol, les genoux pliés à cause de la courte chaîne qui reliait chaque poignet à chaque cheville.

“Écarte tes pieds aussi largement que possible”, dit-elle, et il acquiesce et ses pieds glissent plus loin.

“Il a acquiescé et s’est efforcé d’écarter davantage ses pieds et ses genoux.

Elle se leva, marcha jusqu’au pied de son esclave, et attacha une barre d’écartement aux deux entraves aux chevilles, le faisant s’écarter encore plus.

Le soumis est resté allongé dans l’obscurité. La capuche en caoutchouc avait également couvert ses oreilles, et il avait du mal à entendre. Il avait à peine compris le dernier murmure qu’elle lui avait adressé. Il a cru l’entendre marcher à nouveau, mais il n’en était pas sûr. Il ne savait pas où elle était. Le temps a commencé à passer. Il était difficile de juger. Les bandeaux avaient toujours faussé sa perception du temps, et la cagoule en caoutchouc l’assourdissait également. Il commençait à avoir chaud sous la cagoule, et il commençait à être anxieux. Il voulait dire quelque chose… crier son nom… juste obtenir un signe de reconnaissance de sa part qu’elle était toujours là… mais il savait qu’il ne pouvait pas.

Il a finalement entendu de faibles bruits qu’il ne pouvait pas vraiment distinguer. Mais il a entendu quand elle a dit “Ouvre la bouche”. Il a hoché la tête et a ouvert la bouche en grand. “Maintenant, tire la langue.” Il a tiré la langue aussi loin que possible. Un liquide a coulé sur sa langue. “Du vin”, a-t-elle dit. “Utilise-le pour nettoyer ton palais.” Il l’a entendue rire. Son humiliation s’est intensifiée. Il était content d’avoir la cagoule en caoutchouc, car il pouvait se sentir rougir dessous. Elle lui a donné du vin plusieurs fois encore jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite que sa bouche ait été nettoyée.

Il s’est à nouveau allongé dans l’obscurité. Cette fois, il n’a pas attendu longtemps. Il pouvait la sentir chevaucher sa tête, et il pouvait commencer à sentir sa chatte se rapprocher.

La dominatrice était à califourchon sur sa tête, tournée vers ses pieds. Elle a lentement abaissé sa chatte vers l’ouverture du masque en caoutchouc où sa bouche sans défense était exposée. Elle l’a gardé juste au-dessus de sa bouche pendant un moment, savourant son pouvoir sur lui. Jouir avec un facesitting était toujours très apprécié

“Tu vas lécher ma chatte doucement maintenant”, a-t-elle dit. “Je veux seulement la langue et seulement sur mes lèvres extérieures. Compris ?”

Il a hoché la tête. Elle a abaissé sa chatte à portée de sa langue, et il a commencé à lécher ses lèvres extérieures, légèrement et lentement, comme demandé.

La dominatrice nue a senti la sensation agréable de sa langue sur sa chatte, et a frissonné un peu. Elle a fait glisser ses mains et ses ongles sur la peau douce de son torse glabre, portant une attention particulière à ses mamelons après que son premier passage ait provoqué une secousse involontaire de son corps et un “Ahhhh” étouffé sous elle.

“Maintenant, glisse ta langue un peu plus profondément dans ma chatte”, ordonna-t-elle, et un moment plus tard, ce fut à son tour de trembler involontairement et de gémir de plaisir. La dominatrice sexy lui a ordonné d’aller un peu plus vite, puis un peu plus fort, puis un peu plus profond… La femme autoritaire lui pinçait les tétons pour ponctuer ses ordres et l’inciter à continuer. Elle a commencé à frotter son clito contre son menton recouvert de caoutchouc, et elle a finalement atteint l’apogée.

“Nettoie-le”, a-t-elle ordonné, et elle a senti sa langue lécher sa chatte comme un chien, la nettoyer méticuleusement et avaler ses jus. Quand elle était prête, elle a changé de position. La dominatrice a placé son clito directement sur sa bouche, et s’est penchée en avant sur son torse pour pouvoir faire glisser l’avant de la culotte sous la base de sa queue et de ses couilles, les exposant à son examen.

“Suce-le, salope de soumis” a-t-elle dit, en abaissant son clito vers sa bouche. “Suce-le profondément dans ta bouche… Gorge-le profondément pour moi.”

Doucement d’abord, puis progressivement plus fort, le soumis a aspiré son clito et une partie des lèvres de sa chatte dans sa bouche. Il a utilisé ses lèvres pour la sucer et sa langue pour lécher les côtés de l’intérieur de sa bouche, et a légèrement effleuré le bout de sa langue contre le bout de son clito.

“Plus fort”, a-t-elle dit, alors qu’elle enroulait une longueur de ficelle élastique autour de la base de sa queue, faisait le premier nœud et commençait à serrer. Elle pouvait sentir son corps se raidir alors qu’elle tirait sur la corde et l’entendait gémir.

“Prends-le, esclave”, a-t-elle dit. “Prends-le pour moi.” Elle a tiré une dernière fois, puis a doublé le noeud pour le bloquer en place. Elle a ensuite pris chaque extrémité et a attaché chacune de ses boules fermement en place au fond de son sac. Il a gémi et sa réponse a été “Garde ton esprit pour me sucer, salope de mauviette.” Elle a pris chaque testicule entre ses pouces et ses index et les a doucement pressés. Il a hurlé, mais a continué à lécher la chatte rasée de la dominatrice. Elle commença à se sentir sur le point de jouir, et reporta son attention sur sa bite, la giflant, pinçant la tête avec ses ongles, l’embrassant, la taquinant, le faisant gémir et frémir de façon incontrôlable jusqu’à ce que le second orgasme la frappe, la plongeant dans des spasmes encore plus forts qu’auparavant.

“Nettoie-moi, esclave”, a-t-elle haleté quand elle a enfin repris son souffle. Lorsqu’il a terminé, elle lui a fermement saisi les couilles et lui a ordonné d’ouvrir grand la bouche. Le soumis docile a obéi, et la dominatrice sexy s’est redressée, pressant sa chatte sur sa bouche. Elle a recommencé à jouer avec ses tétons tout en libérant lentement et soigneusement son pipi dans sa bouche qui attendait.

L’homme soumis est resté allongé dans l’obscurité. Les sensations agréables de ses tétons lui faisaient perdre le contrôle de son corps et de son esprit. Il a senti ses muscles se contracter involontairement dans tout son corps. Comme chaque goutte de son pipi frappait sa langue, il l’a avalé et son esprit a commencé à dériver. Il ne pouvait pas penser. Tous les apports sensuels avaient submergé son cerveau. Il ne pouvait que rester allongé et avaler. Il a commencé à errer mentalement… des fragments de pensées perdues… en suivant un courant invisible qui l’entraînait lentement vers un endroit qu’il appelait le “Pays Imaginaire”. C’était tout aussi fantastique que le refuge fictif de Peter Pan et de la fée Clochette. Ici, il était quelqu’un de très différent, avec des sentiments et des pensées différents de ceux de cet “autre endroit” d’où il était parti. C’était comme plonger dans un bol de gelée. L’homme soumis se sentait bien. Il se sentait en sécurité. Ce n’est pas important. Le courant le tenait, et il était impuissant à l’arrêter.

Le pipi s’est arrêté. Il a cru l’entendre dire quelque chose, mais ça semblait si loin. Il a deviné l’ordre, et a commencé à nettoyer sa chatte avec sa langue une fois de plus. Il a cru l’entendre dire “Bon chiot”, mais il ne pouvait pas en être certain.

Puis sa chatte a été soulevée, le laissant avec sa langue qui s’agitait dans les airs. Il a senti qu’elle le soulevait pour le remettre en position à genoux. Il l’a entendu dire “ferme les yeux”, et il l’a fait. La cagoule en caoutchouc a été enlevée quelques instants plus tard. Elle lui a dit d’ouvrir la bouche. Il a hoché la tête et l’a ouverte en grand. Elle y a glissé un bâillon. Après un moment, il a réalisé que le bâillon avait la forme d’une tête de pénis.

Maintenant, elle était partout : devant lui, puis derrière lui, le touchant, le taquinant, murmurant à ses oreilles…..

“Tu as dit que tu voulais être mon esclave, n’est-ce pas ?” demande-t-elle dans un murmure rauque dans une oreille, tandis que ses ongles taquinent l’autre oreille.

Il acquiesce.

“Et tu veux toujours être mon esclave, n’est-ce pas ?”

Il a hoché la tête plus fort.

“Encore plus maintenant qu’avant, n’est-ce pas ?”

Il a hoché la tête aussi vigoureusement qu’il le pouvait.

“Hmmmm, oui, je pouvais dire par la façon dont vous avez exécuté pour moi. Tu as aimé te produire pour ta déesse, n’est-ce pas ?”

Il a hoché la tête alors qu’elle jouait avec ses mamelons.

“Tu as aimé lécher et sucer ma chatte, n’est-ce pas ?”

Il a hoché la tête, et a rougi.

“Tu aimes être mon esclave de la chatte, n’est-ce pas ?”

Il a hoché la tête et gémi quand ses ongles ont légèrement creusé dans ses couilles.

“Tu aimes être mon esclave de la pisse, aussi, n’est-ce pas ?”

Avec un rougissement encore plus profond, il a hoché la tête.

“Eh bien … Je dois admettre que j’ai aimé la façon dont tu as mangé ma chatte et bu mon pipi. Tu es peut-être un gardien….”

Ses lèvres se sont mises à trembler, et à bouger sans mot dire. Il voulait dire quelque chose, mais n’arrivait pas à se souvenir des mots assez longtemps pour commencer. Son esprit était ailleurs. Il hocha la tête à la place, même si elle n’avait pas posé de question.

“Veux-tu être un gardien ?” demanda-t-elle, presque sur un ton désinvolte.

Il a hoché la tête aussi fort qu’il le pouvait.

“Tu me supplies de te garder ?”

Il ne pouvait pas hocher plus fort, alors il a hoché la tête plus longtemps, et a continué à hocher la tête.

“Si je décide de te garder…” dit-elle, laissant la question en suspens, “… tu devras accepter mon amour et mon désir de quelque façon que je veuille l’exprimer.”

Il continuait à hocher la tête, ne prenant plus la peine de s’arrêter. Il savait dans un coin de son esprit qu’il serait d’accord avec tout ce qu’elle disait.

“Parfois, j’aime m’exprimer en donnant du plaisir à un esclave”, a-t-elle dit, tout en taquinant légèrement ses tétons. Puis, soudainement, elle a utilisé ses ongles pour pincer durement chaque téton à sa base, et les a tirés vers l’extérieur. Il a laissé échapper un hurlement étouffé de choc et de douleur. “Et parfois, j’aime m’exprimer en infligeant de la douleur.”

“Tu veux aussi être ma salope de la douleur, salope ?” a-t-elle demandé de la voix la plus calme qu’il ait jamais entendue. Elle l’a regardé gémir et hocher la tête, et a senti la poussée de puissance la traverser comme un autre orgasme.

“On va voir”, a-t-elle dit. Elle a lâché ses tétons, mais a rapidement fixé des pinces à linge sur eux. Il s’est tordu et a gémi en réaction, et elle a ri. “On verra bien.”

Elle l’a attrapé par les cheveux et lui a enfoncé le visage dans le tapis. Il a senti un truc en cuir glisser sur ses fesses, comme un archet sur un violon. Le motif était rugueux et il se demandait ce que c’était quand il s’est soudainement arrêté, et une seconde plus tard, le contact était dur.

Il a glapi à travers son bâillon, autant par surprise que par douleur. Le deuxième coup était tout aussi fort, mais il a réussi à se contrôler et à émettre un simple grognement. Il a essayé d’être stoïque alors que la coupe continuait. Elle s’est arrêtée un moment, puis a recommencé à scier la cravache sur ses joues de cul maintenant brûlantes.

“Tu apprendras, mon animal”, a-t-elle dit de sa voix la plus apaisante. “Tu vas apprendre que tu dois mériter les plaisirs que je te donne. Pense aux plaisirs que tu as déjà eus, et imagine les nouveaux plaisirs que je pourrais t’accorder si tu me donnes ce que je veux.”

Elle se pencha près de sa tête et murmura : “Me donneras-tu ce que je veux ?”

Il acquiesça, bien qu’il ne soit pas certain de ce qu’elle voulait vraiment. De la douleur ? De l’endurance ? De l’humiliation ? Se rendre ?

Le recadrage a repris.

Elle a observé ses réactions avec attention. Elle savait qu’il résistait, se retenait, essayait d’être si macho et courageux. Son corps se tordant et ses gémissements étouffés étaient de la musique pour ses oreilles. Il a continué à le battre. Elle savait qu’il essaierait de s’accrocher à son ego masculin aussi longtemps qu’il le pourrait. Elle savait aussi qu’il le perdrait tôt ou tard face à elle. Ils ont tous cassé, il le ferait aussi.

Elle entendit les gémissements se transformer en sanglots silencieux, en sanglots plus forts, puis en pleurs soutenus.

Elle a attrapé ses cheveux et l’a tiré en position à genoux. Elle a libéré ses tétons des pinces à linge, appréciant ses spasmes et ses gémissements d’agonie alors que le sang et les sensations revenaient dans ses tétons. Elle pouvait voir les larmes couler sous ses paupières encore fermées. Elle a ensuite frotté durement la cravache sur ses joues enflammées et a commencé à lécher sensuellement les larmes sur son visage.

“Ummm, miam, j’adore le goût salé de tes larmes, bébé. Donne-moi toutes tes larmes.”

Il a hoché la tête, faiblement, comme s’il était en transe, parce que la poignée de ses cheveux limitait les mouvements de sa tête.

La dominatrice a fini avec ses larmes, et a lâché ses cheveux. Sa tête est tombée en avant, du menton à la poitrine. Il était à peine capable d’entendre une sorte de bruit de déchirement qu’il ne pouvait pas identifier et qui venait de derrière lui. Il a tremblé à l’idée d’une autre raclée. Il a à peine remarqué quand elle a coupé la culotte de son corps. Il a commencé à sentir quelque chose de froid et d’huileux se répandre sur ses fesses et dans sa raie. Il a senti ses mains recouvertes de caoutchouc sur ses fesses, faisant pénétrer l’huile, mais en poussant toujours plus vers sa fente. Finalement, il a senti ses doigts dans sa fente, poussant l’huile vers le bas, jusqu’à ce que ses doigts trouvent son trou.

Elle a pris son temps, bordant légèrement le trou avec son ongle gainé de caoutchouc bien huilé. Elle pouvait l’entendre gémir de plaisir, et commencer à tressaillir de plaisir. Elle voulait lui donner le temps de penser à ce qui allait arriver. Finalement, elle a glissé son doigt en lui. Il est entré en douceur, et elle l’a entendu haleter à travers son bâillon alors que sa tête se détachait de sa poitrine et se cambrait en arrière quand elle a touché sa prostate. Elle s’est retirée lentement, le faisant trembler et laisser échapper un gémissement d’extase.

“Tu vois ce qui se passe quand tu me donnes ce que je veux ?” a-t-elle demandé.

Il acquiesce. Il flottait sur une marée de gelée qui l’entraînait encore plus profondément dans le courant. Il pouvait à peine l’entendre. La sensation du bâillon à tête de bite dans sa bouche était soudainement au premier plan de ses sensations. Il a ajouté à la sensation que sa pénétration de lui avait causé.

Elle est en moi… une partie d’Elle… à l’intérieur de moi… à l’intérieur… oui… oh s’il te plaît, s’il te plaît….

La dominatrice ajouta un peu d’huile fraîche et glissa deux doigts profondément en lui, rencontrant cette fois plus de résistance. Cette fois, il a crié et a tiré sur ses liens. Elle s’est attardée sur sa prostate un peu plus longtemps cette fois, le regardant se tortiller et trembler comme une marionnette au bout d’un bâton.

“Tu aimes être une marionnette de baise, esclave ?”

Il a hoché la tête.

“Je sais que tu aimes ça”, a-t-elle dit en retirant les deux doigts encore plus lentement que lors du premier assaut. Elle a retiré et enlevé le gant en caoutchouc de cette main. Elle a ré-huilé sa main gauche toujours gantée, et a glissé deux doigts profondément en lui. Cette fois, ils ont glissé un peu plus facilement. Cette fois, elle a commencé à sonder et à explorer l’intérieur de son nouvel esclave. Elle a écarté ses doigts aussi loin qu’ils pouvaient aller. Son esclave n’était pas vierge, mais il manquait manifestement de pratique et avait besoin de se dilater. Elle pensait qu’il pouvait en prendre trois, au maximum.

La dominatrice a commencé à jouer avec sa prostate, et avec sa main libre, elle a joué avec ses tétons, sa queue et ses couilles. Elle pouvait voir qu’il était presque délirant d’extase, et ça lui faisait du bien de le mettre dans cet état.

“Je vais faire de toi ma salope”, dit-elle gentiment, “et te baiser comme ma salope”.

Il a hoché la tête. Il voulait dire Oui, Maîtresse, s’il vous plaît…. mais n’arrivait pas à former les mots, et puis il s’est souvenu qu’il ne pouvait pas parler de toute façon. Alors il a hoché la tête à nouveau pour réaffirmer sa compréhension de sa place.

Elle a utilisé sa main droite pour lui retirer le bâillon.

“Rappelle-toi, tu ne peux pas parler… pas une syllabe….”

Il a hoché la tête.

La tête de sa bite avait une goutte de sperme dans la fente. Elle a utilisé son ongle pour récupérer la goutte. Elle l’a porté à sa bouche, et lui a dit d’ouvrir. Elle a glissé son doigt à l’intérieur et a nettoyé son ongle sur sa langue. Il a sucé son doigt pendant qu’elle le faisait.

“Ça a bon goût ?” a-t-elle demandé innocemment.

Il a hoché la tête.

“Tu veux un autre goût, salope ?”

Il a hoché la tête. Il était étourdi de plaisir, et ne pouvait qu’imaginer plus… et plus…..

Elle a commencé à lui taquiner la bite tout en massant sa prostate, et bientôt plus de sperme a suinté de son intérieur. Cette fois, elle lui a ordonné de sucer le nectar de son doigt. Comme il le faisait, elle a senti ses muscles anaux commencer à avoir des spasmes et sa respiration s’accélérer. Elle l’a gardé sur le bord. Elle n’allait pas permettre une sorte d’orgasme pour le moment.

“Tu aimes être baisé, n’est-ce pas bébé ?”

Il a hoché la tête.

Quand elle s’est finalement retirée de son corps, il a pleuré.

Elle a souri.

Il a senti la cagoule en caoutchouc être remise sur sa tête. Puis elle a disparu à nouveau. Il n’avait aucune idée de combien de temps… ou de combien de temps s’était écoulé depuis le début… ou de combien de temps cela continuerait…..

Elle est finalement revenue.

“Ouvrez”, a-t-elle dit, et il a ouvert la bouche.

Elle a glissé le phallus dans sa bouche, prenant plaisir à le voir choqué. C’était son accessoire de sangle le plus long et le plus épais.

“Suce ma bite, salope”, a-t-elle ordonné. “Suce-la bien. Mouille-la, bébé, parce qu’elle va bientôt te baiser.”

Il a ressenti de la peur, mais il a continué à sucer sa bite, à la lécher, en espérant que s’il montrait de l’enthousiasme, elle aurait pitié…..

Elle a commencé à lui donner des instructions sur la façon de sucer la bite, qu’il entendait à peine mais auxquelles il obéissait tant bien que mal. Il se sentait rougir sous la capuche alors qu’il essayait sans vergogne d’avoir l’air provocateur et sexy en exécutant chaque nouvelle technique qu’elle lui ordonnait.

Finalement, elle s’est retirée de sa bouche et a réinséré le bâillon en forme de bite à sa place.

Elle s’est éloignée des oreilles et a silencieusement changé l’attache de son harnais de sangle pour une bite moins longue et moins épaisse. Elle a souri en l’huilant, essayant d’imaginer ce qui devait se passer dans sa tête à ce moment-là.

Elle s’est mise à genoux derrière lui, et a soigneusement glissé sa bite en lui. Son cri étouffé l’a fait rire.

“Prends-le, prends-le entièrement pour ta déesse”, a-t-elle dit. “J’adore entendre tes cris. Ca me fait tellement plaisir quand mon esclave hurle.”

Elle s’est retirée lentement jusqu’aux trois quarts. Sa deuxième poussée était plus dure et plus rapide que la première. Elle a commencé à prendre un rythme, et à apprécier la pression contre son clitoris à chaque fois qu’elle l’enfonçait. Elle a regardé son esclave commencer à montrer des signes d’excitation, aussi. Elle a commencé à orienter la tête de sa bite vers la zone de sa prostate, et a entendu les cris dégénérer en gémissements. Elle pouvait sentir qu’il approchait de l’orgasme, et cela l’a conduit à son tour.

Ensuite, elle l’a relâché et l’a conduit par la main jusqu’à son lit. Là, elle l’a blotti contre ses seins et l’a laissé les téter pendant qu’elle lui disait combien elle était satisfaite jusqu’à présent, mais qu’elle n’oubliait pas que demain serait une nouvelle frontière…..

Épuisés, ils se sont endormis, lui dans ses bras.

perverse dépucèle son esclave

© Copyright 2019 https://www.sexechope.com/ - Tous droits réservés

Tchat Sexy Gratuit