Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Sexe avec maman – histoire sexe

Après avoir cassé ses deux bras lors d’un accident de moto, un jeune de 19 ans doit compter sur sa mère pour l’aider dans ses tâches quotidiennes, y compris se laver et aller aux toilettes, mais il en reçoit des extras en cours de route.

Je me suis toujours souvenu que mon père parlait un jour de motos avec la famille dans la pièce avant de la maison, discutant du fait que le grand Barry Sheen était une race rare après qu’il soit descendu de son vélo en train de se casser les jambes, et que c’était un piège mortel.

« Dangereux si tu veux mon avis, » dit papa, « si tu sors de l’un d’eux, tu n’as pas de métal entre toi et la route, contrairement à une voiture. »

Regarder le reportage sur le transport de Bazza à l’arrière de l’ambulance s’est poursuivi,

« Et c’est encore pire pour la personne sur le dos ! »

« Pourquoi ? » J’ai demandé avec perplexité,

« parce qu’ils sont toujours en deuxième position, c’est pour ça que ceux qui montent un passager sont toujours plus blessés que le pilote, si jamais quelqu’un, même l’un de vos potes vous demande d’aller à l’arrière de leur vélo, vous êtes plus en sécurité comme ça ! »

Bien sûr, n’ayant que 19 ans, j’ai complètement ignoré ce qu’il a dit, qu’est-ce que papa sait, bon sang. C’était le cas lorsqu’un mardi soir d’été, après l’école, mon ami Paul et son frère se promenaient sur leur vélo ou, comme nous l’appelaient les habitants de la région, les  » chasseurs de poulets « .

« Tu veux monter sur Mat ? » Arthur a dit que son frère est descendu du dos après avoir été effrayé sans esprit de son voyage.

« J’ai embrassé Arthur avec bravade, je n’ai pas eu peur quand j’ai enlevé le casque de Paul et que je l’ai mis sur ma tête pour me protéger. Assis à l’arrière, Arthur a fait tourner le moteur encore et encore, ce qui m’a fait ricaner pendant que je lui mettais les bras autour de la tête en attendant l’éclair de g qui allait sûrement me frapper au moment où il s’en allait.

« Accroche-toi bien, ok ! » Arthur a crié pendant que nous partions comme si nos culs étaient en feu à travers tout le terrain vague, ma vision se brouillant des arbres, des décombres et de la verdure volant à une vitesse folle.

C’est tout ce dont je me souviens jusqu’à ce que je me réveille à l’hôpital avec une épaule fracturée et les deux bras cassés et placés dans une position de pugiliste. Les cris à l’extérieur de la pièce m’ont fait comprendre que ce n’était pas seulement moi qui volais, mais aussi mes parents et mes sœurs qui ont commencé à porter des accusations. Qui était à blâmer, pourquoi le vélo n’était-il pas légal, etc. Pour être honnête, c’était dur de blâmer Arthur parce qu’il ne m’a pas forcé à monter à vélo, je l’ai fait de mon plein gré. Alors qu’il commençait à se calmer, maman est entrée dans la pièce et a donné une oreille droite pleine à quel point j’avais été stupide et à quel point j’étais sur le point d’être tué.

Après que maman se soit calmée, le reste de la famille est entré dans la pièce en expliquant ce qui s’était passé, il semble que Arthur et moi sommes tombés tous les deux d’une colline sur le terrain vague et qu’il s’est fait une entorse à la cheville, mais comme mon père me l’avait dit plus tôt, c’est seulement le fait de porter un casque qui m’a évité une blessure plus grave. Elle a ensuite poursuivi sa route,

« Jesus Mat ! A quoi tu pensais ?, tu sais que ça a gâché ta scolarité pour les 6 semaines à venir car tu ne peux pas écrire ou même aller à l’école. » « Soz maman ! » J’ai répondu dans l’agonie de mes fractures pendant que mes soeurs gloussaient.

« Le personnel a dit qu’il vous garderait au cas où vous auriez une commotion cérébrale. »

« Tu vas m’empêcher de traîner avec Paul à cause de ça ? » J’ai demandé en sachant que maman était bouleversée par ce qui s’était passé.

« Bien sûr que non, soyons honnêtes, ça ne changerait pas grand-chose de toute façon, tu resterais avec lui. » Maman a pris une grande respiration et a fini en disant : « Je veux juste que tu fasses un peu plus attention, c’est tout. »

Sur ce, ils ont quitté la pièce, me laissant réfléchir à ce qui s’était passé et à la façon dont j’allais faire face à l’immobilité de mes deux bras. Papa a ensuite apporté un peu de soulagement à la procédure lorsqu’il est sorti de la pièce et s’est mis à me faire chier à cause des événements de la journée et a même commencé à crier comme les pilotes kamikazes japonais avaient l’habitude de le faire pendant la Seconde Guerre mondiale en riant fort en quittant la pièce pour rentrer chez lui avec maman et Diane et Claire.

BONZZZAAAAIII !!!!!!!!

Après m’être réveillée le lendemain et avoir déjeuné avec l’aide d’une infirmière, une femme d’environ 45 ans qui avait l’air sévère, j’ai appris que le médecin allait me faire examiner pour voir si j’allais assez bien pour rentrer chez moi. N’étant pas allée aux toilettes depuis la veille, je lui ai dit la veille que je devais y aller et elle m’a aidée à sortir du lit en abaissant mon caleçon et en me laissant m’asseoir à une table avec un carton d’urinoir placé sur elle. Après un peu de lutte pendant que je balançais mes hanches d’un côté à l’autre, j’ai réussi à mettre ma bite à la fin.

Je me tenais là, mon caleçon autour des chevilles et des fesses, à la vue de tous, et il m’a fallu des lustres pour me détendre, sachant que l’infirmière me regardait quelque part derrière moi.

« Désolé pour ce fils, je dois rester avec toi au cas où tu tomberais et te blesserais. »

Finalement, après avoir regardé le mur vierge pendant quelques minutes, j’ai réussi à me vider en remplissant le carton jusqu’au bord. Avoir une vessie vide n’était pas mon seul soulagement car je savais trop bien que maman était en route et il aurait été presque insupportable pour moi de laisser maman me voir comme ça.

Maman était déjà là à 8 heures quand il est arrivé, et après un rapide passage, on m’a donné le feu vert pour partir. Maman a ensuite pris une paire de pyjamas et un peignoir dans un sac de sport qu’elle avait avec elle, puis elle a dit

« J’ai acheté ça et 3 autres paires que je t’ai laissées à la maison, ce sera plus facile que d’essayer d’entrer et de sortir continuellement de tes jeans et de tes t-shirts » puis elle m’a montré la paire qu’elle avait avec elle. « Maintenant ! On va t’habiller pour qu’on puisse rentrer à la maison. »

Maman m’a ensuite habillée avec les vêtements qu’elle m’avait apportés, heureusement pour moi j’avais encore mon caleçon de la veille, me permettant ainsi de garder ma modestie.

Maman m’a escorté jusqu’à la voiture et m’a aidé à monter, puis m’a attaché pour les 10 minutes en voiture jusqu’à la maison. Démarrage du moteur, maman a dit

« Quand on rentrera à la maison, j’ai besoin d’avoir une discussion sérieuse avec toi sur la façon dont on va s’en sortir quand tu auras les bras cassés et que tu vas devoir compter sur moi pour de l’aide pendant les prochaines semaines »

« Ok ! » J’ai répondu que je ne comprenais pas vraiment les ramifications de ce qu’elle avait dit. « Et l’école ? » J’ai demandé,

« Ne t’inquiète pas ! Tout est arrangé et ils savent tout, ils vont envoyer du matériel à la maison chaque semaine pour que je puisse t’apprendre un peu afin que tu ne perdes pas trop de temps à l’école. »

Avant de continuer, laissez-moi vous parler de moi et de ma famille. Comme vous le savez déjà, je m’appelle Mathieu ou Mat pour tout le monde. Je suis le plus jeune de 3 enfants et avec le reste de ma famille nous vivions dans une maison de 3 chambres à coucher et au moment de l’accident ma soeur Diane qui avait 25 ans et Claire qui avait 24 ans. Mon père qui s’appelle John a travaillé dans un chantier d’ingénierie local et finalement ma mère qui s’appelle Hélène.

Maman et papa sont tous les deux grands, papa mesure 1,80 m et maman 1,80 m, ce qui n’est pas surprenant qu’à l’âge de 13 ans, lorsque l’accident s’est produit, j’avais déjà 1,80 m de haut. Maman avait une magnifique silhouette de sablier avec une taille de robe de taille 16 avec des hanches courbées sexy et de gros seins qui, comme vous le lirez plus loin, j’ai découvert par la suite d’être double E tasses. En raison de ses gros seins, maman portait toujours des chemises amples et des pulls pour les cacher. Ses cheveux étaient blonds et ondulés jusqu’aux épaules, et bien qu’elle ait eu 3 enfants et 37 ans, elle n’en avait pas l’air. Mon père était sûrement un homme chanceux d’être marié avec elle. Je suis sûr que c’est la raison pour laquelle j’ai toujours aimé les blondes, en fait mes amies étaient toutes jalouses et l’ont traitée de « délicieuse maman ».

Nous nous sommes garées dans l’allée et maman m’a aidée à sortir et à entrer dans la maison, le long du couloir et dans la pièce avant, tout le temps maman m’a surprotégée en gardant ses mains sur mes hanches de peur que je ne trébuche ou ne tombe. Assis, j’ai enfin pu me détendre pendant que maman faisait la course jusqu’à la cuisine pour faire du thé. Après un certain temps, maman est revenue et a mis les deux tasses de thé sur le sol à côté du canapé sur lequel j’étais assise, puis elle s’est assise à côté de moi, le corps et les genoux tournés vers moi pour pouvoir parler, c’est maintenant que j’ai eu un sentiment nerveux qui m’a fait battre mon cœur plus vite que la conversation que maman me disait dans la voiture. Après m’avoir aidé à prendre une gorgée de thé, maman s’est mise au travail.

« Écoute Mat, il faut qu’on parle de ce qu’on va faire de toi. » J’ai écouté attentivement ce que maman avait à dire.

« Le fait que tes deux bras soient en plâtre signifie qu’il y a des choses que tu es clairement incapable de faire pour toi-même, comme aller aux toilettes et prendre une douche, ce qui veut dire que je vais devoir y aller avec toi pour t’aider à te laver « , je suis restée abasourdie quand maman a continué à expliquer comment elle allait m’aider à prendre une douche.

« Ne sois pas offensé quand je me déshabille devant toi, ok ? Mais c’est la seule façon de faire ça, à part moi et vous autres qui preniez des bains avec moi avant quand vous étiez enfants, alors ce n’est pas comme si vous n’aviez jamais fait ça avant. »

J’ai eu peur quand j’ai réalisé que maman devait me voir nue. Maman ne m’avait pas vu dans ma suite d’anniversaire depuis que j’avais environ 5 ans et surtout depuis la puberté et maintenant pour couronner le tout, on s’attendait à ce que je prenne une douche complètement nue en m’exposant à ma propre mère alors qu’elle mettait ses mains partout sur moi quand elle était nue.

« Maintenant, pour ce qui est d’être nu devant moi, je ne veux pas que tu sois stressé parce que, crois-moi, j’ai déjà tout vu, je sais que ce sera embarrassant pour toi de m’aider à aller prendre une douche, mais j’ai peur qu’on ne puisse rien y faire. Il n’y a pas d’autre solution. « La terreur a commencé à s’emparer de moi pendant que maman continuait.

« Quand je t’aide à prendre une douche, tu sais que je vais devoir te toucher entre tes jambes, non ? » Je l’ai reconnue, incapable de parler. « Et quand je le ferai, je devrai toucher le bout de ta bite, surtout quand je devrai nettoyer sous ton prépuce ! » Après avoir pris une gorgée d’air, j’ai dit
« Oui maman ! »

Maman a ensuite mis une de ses mains sur mon visage et a mis la paume de la main sur ma joue pour me réconforter.
mentionné

« Je ne suis pas naïve et je sais ce qui se passera quand je fais ça, surtout quand je suis nue, alors ne t’énerve pas et ne sens pas que tu fais quelque chose de mal quand tu as la trique devant moi, à la fin de la journée c’est une de ces choses et une réaction normale de ton corps et je ne serai pas vexé du tout. « Alors quand on se douche ensemble, je veux que tu te détendes et que tu ne sois pas gêné, contrarié ou honteux, ok ? »

Je me suis sentie stupéfaite de la façon dont maman parlait de façon décontractée de ce sujet et du langage de maman en ce qui concerne le fait de dire les mots bite et dur sur moi, je me suis lentement sentie plus à l’aise avec les mots d’encouragement de maman. J’ai hoché la tête en réponse, puis maman essayant de briser la tension dans l’air a gloussé bruyamment en tapant sur mon genou avec son doigt et a dit,

« En plus, si tu te sens mal à l’aise d’être nue devant moi, souviens-toi de ce qui m’est arrivé quand tu avais 11 ans, dire que j’étais mortifiée serait un euphémisme. » Maman m’a souri et m’a dit : « Disons que ça nous rendra égaux dans les pieux nus ! »

Maman avait raison, je l’avais déjà vue nue. Environ 3 ans plus tôt, je suis descendue un soir d’école après m’être réveillée et je suis entrée dans la pièce avant pour trouver mon père en train de regarder la télévision devant la cheminée. Après avoir fait une double prise, papa a dit

« Qu’est-ce qui t’amène ici ? Tu n’arrives pas à dormir ? »

Après avoir hoché la tête d’un signe de tête d’accord, papa m’a dit de me détendre et de me préparer un verre. Je me suis ensuite assis sur la chaise de papa qui était juste derrière la porte pendant que je regardais la dernière moitié d’un film. Après avoir terminé le dernier de sa cigarette, papa a dit

« Je suis content que tu sois là pour être honnête, ça veut dire que je peux aller au lit sans l’attendre, tu ne pourrais pas me faire une faveur, hein ? »

« Qu’est-ce que c’est ? » J’ai demandé

« Laisse-le jusqu’à 11 h 45 et frappe à la porte de la salle de bain pour réveiller ta mère, tu sais ce qu’elle fait pour dormir dans la baignoire. »

Papa avait raison, maman était terrible quand elle prenait son bain, elle avait l’habitude d’avoir chaud rouge puis de s’endormir, malgré une douche installée quelques années plus tôt et si papa ne la réveillait pas, elle serait dans leur lit toute la nuit.

J’ai répondu « Oui papa » quand papa est sorti de la chambre et s’est couché.

Comme je l’ai dit plus tôt, nous vivions dans une maison de 3 chambres à coucher qui avait une salle de bain au rez-de-chaussée avec toilettes et par conséquent, si quelqu’un prenait un bain, il fallait attendre qu’il ait fini d’aller aux toilettes. Alors que je continuais à regarder la télévision et que l’heure approchait du moment où papa m’avait demandé de me réveiller, j’ai entendu le bruit de l’eau et de la prise dans la salle de bains, alors que maman s’était réveillée de manière surprenante. Trié ! Je me suis dit que je n’avais pas besoin de réveiller maman. Après avoir beaucoup tâtonné, j’ai entendu la porte de la salle de bains s’ouvrir et la corde de la lumière s’éteindre pour l’éteindre, puis le bruit de la mère qui marchait vers la porte de la chambre avant.

Ce qui s’est passé ensuite m’a mis dans un état de panique mais en même temps d’exaltation. La chaise de papa sur laquelle j’étais assise était juste derrière la porte, et quand maman est arrivée, elle s’est ouverte de gauche à droite et l’a cachée en grande partie à sa vue et ainsi le contour flou dans le coin de son œil qu’elle a vu me prendre pour papa. C’est alors que ma mâchoire est tombée dans l’étonnement alors que ma mère entrait dans la pièce complètement nue devant moi, à part tenir quelques serviettes de taille moyenne dans sa main gauche et ignorer encore béatement le spectacle qu’elle me faisait fermer la porte avec sa main droite sans même regarder derrière elle.

Toujours inconsciente du fait que je pouvais voir tout ce que maman s’approchait de la cheminée et, le dos tourné vers moi, elle se penchait et plaçait une des serviettes sur le sol pour marcher dessus, puis se prêtait pour s’essuyer avec l’autre. La peur m’a frappé quand j’ai commencé à paniquer un peu, réalisant que maman avait cru que j’étais papa. Qu’est-ce que je fais, je dis quelque chose ou je laisse les événements se dérouler, et pas seulement ça, maman va me blâmer pour ça ou pour ne pas avoir dit quelque chose ? Ce n’était pas bon, la peur a surmonté mon envie de dire quelque chose, alors j’ai dû m’asseoir là pendant que maman continuait à m’exposer ses parties les plus intimes de son anatomie.

Je me suis regardée avec un double respect et de la nervosité pendant que maman continuait à se pencher en avant pour sécher ses pieds, puis ses mollets et pendant qu’elle se relevait légèrement les cuisses. Pendant qu’elle faisait cela, j’ai reluqué sa chatte qui était bien en vue, sa coquille de palourde, ses lèvres de chatte, ce qui m’a fait durcir la bite. Même si c’était ma propre mère, je m’en fichais, c’était la chose la plus sexiste et érotique que j’avais jamais vécue. Bien que je ne pouvais pas voir clairement ses poils pubiens, je savais qu’elle avait une chatte très poilue parce qu’en se déplaçant de haut en bas pendant qu’elle se séchait, son monticule continuait à apparaître entre ses cuisses. Non seulement ses énormes seins tombaient vers le bas et se balançaient de l’avant vers l’arrière en raison de son action de séchage que je pouvais juste voir les côtés en dehors malgré que la plupart de leur masse soit cachée derrière le haut du corps de maman.

Elle s’est ensuite redressée et tout en me tournant le dos, elle a commencé à se dessécher sur le devant, ce qui m’a permis d’admirer le cul de maman, ce qui était magnifique. Rond et arrondi et sans la moindre trace de graisse ou de vergetures, je me suis efforcé à la laisse en essayant de surmonter l’envie de mettre la main sur eux, mais en gagnant le duel avec plaisir, pas trop.

Après avoir séché sa maman de devant, elle s’est penchée de nouveau en avant et a mis sa serviette sur sa tête en se couvrant le visage et en laissant pendre la serviette de chaque côté de sa tête. Alors qu’elle commençait à se frotter la tête pour sécher ses cheveux, maman s’est retournée pour me faire face en me donnant une vue ininterrompue de sa silhouette féminine. Une fois de plus, la terreur m’envahissait en attendant que maman se rende compte que je n’étais pas papa, mais une fois de plus, elle ne l’a pas fait. Ce répit m’a permis d’avoir à nouveau plus d’opinions sur la sexualité de la mère. J’avais raison sur le fait que maman avait une chatte très poilue. Bien que cachée surtout par les seins de maman qui tombaient quand elle se penchait, je pouvais voir que son buisson était extrêmement épais et bien sûr noir, et avec lui ses poils dépassaient d’au moins 5 cm de son pubis et couvraient une assez bonne zone. À cause de cela, les cuisses et les hanches courbes de la mère se détachaient, ce qui me causait de l’inconfort entre mes jambes, car mes muscles étaient pleins et appuyés contre mes caleçons.

En frottant la serviette sur sa tête dans la position penchée vers le haut, ses seins se balançaient de nouveau devant moi, me donnant ainsi une vue claire d’eux. C’était un spectacle impressionnant quand j’ai tout pris et j’ai donc compris pourquoi maman portait toujours des vêtements amples. Maman bénit ses énormes aréoles d’au moins 8cm de diamètre et tire ses gros mamelons dans une pointe comme un volcan. J’étais en délire à ce moment-là et je ne voulais pas que le spectacle de maman se termine, mais il s’est vite terminé, car maman encore penchée vers l’avant a commencé à enrouler la serviette autour de la tête comme un turban et a ensuite commencé à se tenir droite, encore complètement nue devant moi, sans rien pour la couvrir.

Ça ne devait pas durer plus de 2 secondes, mais j’ai eu l’impression d’attendre toute une vie en attendant les inévitables injures de maman, alors qu’elle prenait une respiration pour arrêter de se mettre à se pencher en étourdissant pendant si longtemps, puis de baisser la tête pour voir ce qu’elle pensait être papa. Mon cœur et celui de ma mère ont tous les deux sauté un battement et nos estomacs se sont retournés alors que les yeux de ma mère et moi se fermaient.

« Ooohhhh ! … . . Merde ! . . . Mat ! . . . Merde ! . . . Merde, couine maman en tombant à genoux en essayant en vain de couvrir sa chatte d’une main et ses seins d’un bras.

« Euh ! … erm ! … qu’est-ce que tu fais ici ? …. I ! … I ! … erm ! … J’ai pensé que tu étais ton père « , a déclaré maman, tombant sur ses paroles après avoir été choquée et s’étant rendu compte que j’avais tout vu.

« Soz maman, je voulais dire quelque chose mais… mais ! » Maman m’a interrompu.

« Ce n’est pas ta faute si je ne devrais pas me balader comme ça, ne t’inquiète pas, tu n’as rien fait de mal ! »

La mère s’est relevée en essayant encore de se couvrir, puis elle est descendue de l’éponge.

« Mat !, pourquoi ne pas ramasser cette serviette et m’aider à l’enrouler autour de moi ? » J’ai fait ce que maman m’a demandé, même en détournant les yeux avec politesse alors que maman marchait dans la serviette ouverte.

Maman est ensuite allée dans la cuisine pour se préparer une tasse de thé pendant qu’elle se calmait. Un peu plus tard, elle est revenue avec son thé et s’est encore excusée.

« Désolé pour ce Mat, comme j’ai dit que c’était ma faute, le fait est que je ne veux pas que tu t’inquiètes de ce qui s’est passé  » s’est exclamée maman qui continuait à s’inquiéter de me faire des dommages mentaux, même si elle ne savait pas que pour moi c’était vraiment une expérience merveilleuse. Après s’être excusée, maman s’est détendue pendant qu’elle terminait son thé, puis elle est allée se coucher. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu papa se pisser de rire pendant que maman lui racontait ce qui s’était passé.

Alors que j’étais assise à côté de maman, elle m’a de nouveau aidée à boire un peu plus de thé, puis elle s’est levée et a allumé la télé pour me divertir pendant qu’elle faisait ses travaux ménagers. Pendant que je changeais maladroitement de chaîne du bout des doigts avec la télécommande posée sur mes genoux, je passais en revue ce que maman m’avait dit. Je me suis alors rendu compte de la chance que j’avais eue de me retrouver dans une telle situation. Bien sûr ! Je serais nue devant maman et ce serait bien sûr embarrassant, mais au bout d’un moment, je m’y habituerais. C’était le fait que maman devait me retoucher tous les jours sous la douche, et pas seulement qu’elle serait complètement chamboulée en le faisant.

J’ai eu le sourire aux lèvres quand j’ai réalisé que c’était à toutes fins pratiques la plus grande fantaisie d’un adolescent. Les fois où moi et le reste de mes camarades d’école avions parlé de la façon dont nous essayions tous, avec divers degrés de succès, de  » branler le danger  » devant nos mères et même de les amener à nous attraper quand nous éjaculons. Si mes amis le savaient, ils seraient jaloux. Ma bite a alors commencé à se raidir en pensant à ça quand j’ai entendu maman ronronner dans la cuisine.

En quelques heures, j’avais besoin d’aller aux toilettes et j’ai appelé ma mère qui était alors dans la pièce à l’avant avec moi en train de regarder la télé.

« Maman, j’ai besoin des toilettes ! » J’ai dit quand maman s’est retournée et s’est levée de sa chaise.

« Ok, laisse-moi juste te lever et on pourra partir. »

En me sortant du canapé, maman se tenait derrière moi et mettait ses mains sur mes hanches, car elle devenait de nouveau surprotectrice, nerveuse que je puisse tomber pendant que je passais lentement par la porte, dans le couloir et après avoir poussé la porte à moitié ouverte de la salle de bains avec mon genou, nous sommes entrées dans la chambre et sommes allés à l’urinoir et nous sommes arrêtés.

« D’accord !, comme je l’ai dit plus tôt, ne sois pas gêné de t’exposer à moi, j’ai déjà tout vu, d’accord ? »

« Ok maman »

J’ai répondu aux paroles rassurantes de maman que je la laissais s’occuper de ses affaires. Après s’être penchée autour de moi et avoir soulevé le siège de la citerne, maman a mis ses doigts à l’intérieur de la taille élastique de mes fesses et les a arrachés d’une simple pression. Au fur et à mesure qu’ils descendaient le long de ma taille, la tension a diminué, ce qui leur a permis de me tomber sur les chevilles par leurs propres moyens. J’ai ensuite pris une grande respiration quand maman s’est ensuite déplacée vers mon boxer et a de nouveau mis ses doigts à l’intérieur et a fait de même qu’avant, de nouveau les boxeurs tombant de leur propre chef après avoir dépassé ma taille. L’air froid de la salle de bain a frappé mes joues du cul et mes cuisses exposées pendant que je serrais mes cuisses ensemble comme la modestie m’a frappé sachant que maman pourrait tout voir si elle voulait aussi.

Remettant sa main droite sur ma hanche nue avec la paume complètement ouverte, elle a ensuite, de la main gauche, serré ma chemise pour ne pas la laisser pendre et pisser dessus, puis elle a remis sa main sur ma hanche gauche. Bien qu’elle ne touchait que mes hanches, je me sentais un peu érotique alors que j’essayais de me détendre pour pouvoir me soulager.

« En souriant, maman m’a dit :  » C’est une vue que je n’avais pas vue depuis quelques années « , puis, en plaisantant, elle m’a donné deux fois une fessée sur la joue de mon cul droit, doucement avec sa main, puis l’a remise sur ma hanche.

« Ne vous pressez pas, on a tout le temps qu’il faut, d’accord ? détendez-vous et vous irez » me rassura maman qui attendait patiemment derrière moi. Quelques minutes plus tard, des bruits de ruissellement ont résonné dans la pièce alors que je me détendais enfin assez pour y aller. Maman s’est avancée et a mis sa tête sur le côté de la mienne, puis elle a parlé.

« Au fait, à propos de tes douches, on va devoir les prendre dans l’après-midi parce qu’après ça, je serai occupé à vous préparer le thé avant que votre père rentre à la maison et je préfère passer une soirée tranquille plutôt que de déconner avec ça, ça vous va ? »

J’ai répondu « Oui maman » malgré le fait que je n’avais pas le choix en la matière.

Finalement en finissant j’ai essayé de me secouer en bougeant mes hanches de gauche à droite rapidement ce qui a froissé maman vers le haut. Sachant très bien ce que j’essayais de faire, maman m’a dit

« Préparez-vous… et ne vous inquiétez pas… . . Je vais le faire pour toi. »

J’ai pris une autre grande respiration alors que je me préparais pour le toucher de maman. Avec sa main gauche, maman m’a saisie à mi-chemin le long de la tige de ma bite qu’elle a ensuite penchée et avec sa main droite, elle a attrapé du papier hygiénique sur la bobine qui était sur le mur à côté de moi. Après avoir fait cela, elle a rapidement essuyé la fin.

J’ai gémi « aaahhhh ! … aaahhhh ! … . aaahhhh ! comme maman séchait ma bite avec le papier toilette, me faisant serrer et frissonner et mes jambes se tordre légèrement.

En quelques secondes, tout était terminé et maman a lâché son nouveau jouet alors que j’essayais de reprendre mon souffle.

« Tu vois, ce n’était pas si mal, n’est-ce pas ? » et elle s’est mise à rire toute seule. « Soyons réalistes, ça fait quelques années que je n’ai pas fait ça à un mec ! »

C’est alors que je suis devenu rouge à l’insinuation de maman en attendant que ma bite se ramollisse, ce qui a pris quelques minutes. Alors que maman m’a rétabli, j’ai pensé que même si je n’avais pas cum si c’était quelque chose à faire d’ici là, les 6 prochaines semaines allaient être agréables, ce que je ne savais pas à l’époque était à quel point agréable.

Assis dans la pièce d’entrée, j’ai compté le temps jusqu’à ce que je doive prendre une douche, essayant de me tenir occupé avec des choses à faire et à regarder à la télévision malgré le temps qui traîne et qui souffre d’une caisse de balles bleues. J’ai même réussi à faire une autre rencontre dans la salle de bain quelques heures plus tard pour aller pisser, ce que maman n’était que trop heureuse d’accepter, en passant à nouveau par la même routine qu’avant.

Maman m’a fait une autre tasse de thé et avec l’heure qui approchait 2 heures, elle est ensuite montée dans les magasins pour acheter des produits pour le thé du soir parce qu’elle n’avait pas pu aller faire ses courses avec toute la fureur qui entourait mon accident. Mes boules se tortillaient et me faisaient mal pendant que j’attendais avec impatience ma prochaine douche, le soir en sentant quelques gouttes de sperme pré-éjaculatoire entrer dans ma queue.

Une demi-heure plus tard, maman est retournée dans la pièce d’entrée et a marché jusqu’à la cuisine avec son sac d’épicerie et s’est mise au travail. Pendant que j’écoutais ses mouvements pendant qu’elle rangeait le contenu du sac et se préparait à boire, mon estomac a commencé à se retourner avec excitation sachant que tôt ou tard je serais avec maman, nue dans la douche ensemble et capable de reluquer le corps nu de maman à nouveau.

Soudain, maman est arrivée par la porte du milieu qui séparait la cuisine de la pièce avant et a dit,

« Eh bien, il est temps de passer à autre chose… tu es prêt ? »

« Oui maman »

J’ai répondu en essayant de cacher ma joie de ce qui pourrait m’arriver dans la prochaine demi-heure environ. Encore une fois, maman m’a aidé à me lever et à mettre ses mains sur mes hanches, car en tandem, nous sommes rentrés dans la salle de bain, mon cœur battant à cent milles à l’heure.

« Comme je l’ai dit avant Mat, détendez-vous et n’ayez pas honte d’être nue devant l’autre, je ne serai pas la dernière femme devant qui vous serez nue et je ne serai pas la dernière femme que vous verrez nue. Tu verras bien pire quand tu seras marié, ok ? »

Maman m’a ensuite guidé jusqu’au centre de la salle de bain où, pendant qu’elle était derrière moi, elle a tiré mes fesses et mes caleçons d’un seul coup, puis m’a fait soulever chaque jambe à la fois pendant qu’elle se penchait et retirait les objets de mes pieds, son visage attrape juste une de mes joues du cul, car elle était un peu trop près.

Après avoir terminé cette tâche, elle a soigneusement enlevé mon haut et l’a laissé tomber sur le sol, ce qui m’a permis de les mettre nus devant elle. J’ai serré mes cuisses ensemble, comme si je pouvais cacher ma bite et mes poils pubiens pendant qu’elle faisait ça, sans me remettre de ma modestie quand maman criait « Woooooooh ! »

pour m’embarrasser d’être exposé. Maman s’est ensuite déplacée vers l’avant de moi et a regardé mon entrejambe pour l’enfoncer. Souriant en faisant ça et remarquant le réconfort que ma mère m’a dit,

« Je suis désolée mon amour, je suis comme toutes les autres mères, c’est juste que je suis ravie de voir que mon petit garçon est en train de devenir un homme, c’est tout. »

Maman a commencé à se déshabiller en disant,

« Supposons que ce soit mon tour alors ! »

comme elle l’a fait. D’abord, la mère a enlevé sa chemise, ouvrant ses boutons un par un en succession rapide, exposant son soutien-gorge, puis son nombril lorsque la chemise s’est ouverte. D’un coup rapide, il a glissé le long de ses bras et sur le sol, me laissant voir son soutien-gorge, qui était blanc mais assez fin pour que je puisse voir ses mamelons et ses aréoles en dessous. Puis ce fut le tour de son jean, qu’elle déboutonna d’abord déboutonné puis abaissé pour me permettre de regarder ses cuisses qui, comme avant, étaient aussi sexy qu’en enfer. Sa culotte était également blanche et de nouveau très fine, ce qui permettait à l’obscurité de ses poils pubiens épais de transparaître à travers la zone de son entrejambe et de s’envoler.

Maman souriait sans cesse en remarquant que j’avais commencé à avoir la gaule au ventre à cause du spectacle qu’elle me donnait. En sortant des jambes pour enlever son jean, une jambe à la fois, elle les a ensuite posées sur la toilette, en posant le couvercle vers le bas pour pouvoir les porter plus tard. Puis ce fut le tour de ses sous-vêtements. Maman a prêté de l’argent et a mis ses mains derrière le dos pour détacher son soutien-gorge. Pendant qu’elle faisait cela, ses seins se balançaient sous elle par manque de soutien, me donnant une vue formidable de son décolleté et de ses mamelons qui commençaient à s’ériger à partir de l’air légèrement refroidi dans la salle de bain.

Debout et voyant que je prenais tout, maman m’a demandé si j’allais bien.

« Oui maman… euh ! … erm ! Je peux te demander quelque chose ? »

« Bien sûr que tu peux aimer, pourquoi c’est quoi ? »

Je lui ai demandé honteusement en hochant la tête à ses seins, sachant très bien que ce n’est généralement pas une question de politesse que tu poses à ta mère.

« Euh… quelle est leur taille ? »

Maman a ensuite regardé ses nichons abondants et les a mis en coupe avec les deux mains en les secouant de façon ludique.

« Oh, ça ? … euh, c’est un bonnet E double, pourquoi ? Tu les aimes bien ? »

J’ai hoché la tête en réponse quand maman a baissé les mains sur les côtés, puis a baissé sa culotte et m’a montré sa chatte. Ma bite est devenue dure comme un roc, car je regardais à nouveau la silhouette féminine de maman comme avant, ses hanches courbées, ses magnifiques seins et ses cuisses qui montraient le sabot de son chameau et ses poils de corbeau sur le pubis. Mon Dieu ! Je me suis dit que maman était absolument magnifique alors que je commençais à fantasmer sur elle.

Juste au moment où maman finissait de se déshabiller et allait prendre un bain, elle a crié

« Merde ! »

« Quelle mère ? »

J’ai répondu en sachant que quelque chose n’allait pas,

« Je n’ai pas enveloppé tes bras, le plâtre sera ruiné si je ne couvre pas tes bras. »

Avec cette mère, elle a trotté jusqu’à la porte et l’a traversée nue dans le couloir, à travers la pièce avant et dans la cuisine, me laissant debout là, nue, pendant que je regardais maman faire ses voyages.

Quelques instants plus tard, elle est revenue avec quelques sacs de transport et du ruban adhésif.

« C’est ce que je vais devoir faire pour l’instant »

quand maman est rentrée dans la salle de bains et qu’elle est venue devant moi. Je me suis alors tenue là, sans bouger d’un pouce, alors que maman me couvrait les bras et les mains avec les sacs et m’attachait les extrémités à mes bras supérieurs. Constatant que le mien et son propre corps étaient à moins d’un pied l’un de l’autre et ma dure à cuire à quelques centimètres de son entrejambe, ma mère a dit en plaisantant.

« Puis elle sourit en se vautrant dans le fait qu’elle avait encore cet effet sur moi.

Après avoir terminé, cette mère s’est ensuite dirigée vers le bain et m’a fait signe de venir. En m’agrippant aux hanches, elle m’a demandé de mettre une jambe dans le bain, ce que j’ai fait. Maman m’a ensuite lâché alors qu’elle entrait complètement dans le bain et a remis les paumes de ses mains sur mes hanches alors qu’elle m’ordonnait à nouveau d’entrer dans le bain avec mon autre pied. Comme nous nous tenions pratiquement l’un contre l’autre à cause des limites de l’espace, maman m’a demandé de tourner à droite et de faire face à la pomme de douche, puis elle a utilisé sa main droite pour fermer la porte de la douche sur le rebord du bain, qui s’est déplacée le long du rail. Avec la porte et le bouclier sur toute la longueur de la baignoire, la maman pouvait maintenant m’aider à prendre une douche en sachant qu’il n’y aurait pas d’eau sur le sol.

M’aider à me déplacer jusqu’au bout de la baignoire où la maman m’a de nouveau donné des instructions.

« Mat, pour l’amour de Dieu, ne commence pas à traîner les pieds quand les eaux s’engouffrent, car nous n’avons aucune prise de ce côté, je ne veux pas qu’on passe par-dessus, d’accord ? »

Elle avait raison, comme l’extrémité du bouchon de la baignoire était à la même extrémité que la fenêtre, cela a forcé le plombier à mettre la douche à l’autre extrémité. C’est pourquoi il était assez délicat de se tenir debout là, même seul, lorsque la douche était en train de vous enlever la prise, même à l’aide d’un tapis de douche. Comme je n’ai pas répondu, maman m’a gentiment giflée une fois sur le cul pour attirer mon attention.

« Tu écoutes Mat ? »

J’ai ensuite hoché la tête quand le bras droit de maman est arrivé et a allumé la douche, son corps se frottant contre le mien comme elle l’a fait.

Nous avons tous les deux haletés en essayant de reprendre notre souffle lorsque l’eau froide nous a frappés,

« Jésus ! C’est froid »

Maman a crié en attendant que l’eau devienne chaude. Nous sommes restés là comme des lapins effrayés en encourageant l’apparition de l’eau chaude, ce qui s’est fait en quelques instants. Au fur et à mesure que la vapeur montait, maman m’a de nouveau prêté de l’argent, a enlevé la pomme de douche de son crochet et a commencé à me tremper partout, y compris dans mes cheveux. S’assurant que j’étais complètement trempée, maman a remplacé le tuyau d’arrosage et l’a laissé couler, puis elle a pris du gel douche sur l’étagère, encore une fois son corps qui s’est cogné contre le mien.

Elle m’a frotté rigoureusement les cheveux avec du gel à gicler dans les mains et je suis restée là à profiter de chaque minute de ce gel. Puis, les cheveux encore couverts de mousse, elle a pris un peu plus de gel et l’a mis dans ses mains, le transformant en mousse, puis l’a frotté sur tout mon dos. Après m’avoir savonné le dos, elle m’a prêté l’arrière de mes jambes, une à la fois, la cuisse au mollet, puis m’a frotté de la mousse sur toutes les joues du cul, puis avec sa main droite, l’a mis entre mes jambes en lavant ma région anale et le dos derrière mon sac de balle, me faisant trembler légèrement de son contact.

Le dos tourné, maman, les paumes des mains sur les hanches, m’a fait me déplacer de 180 degrés pour lui faire face. Évitant mon pugiliste, maman a de nouveau mis du gel dans ses mains et a commencé à me le frotter sur toute la poitrine, la mousse coulant jusqu’à mon entrejambe. En mettant un peu plus de gel dans ses mains, maman a dit

« Ne bouge pas pendant que je te lave les jambes »

Elle s’est ensuite mise à rire en riant de ma persistance, en se penchant vers le bas.

« Je ne veux pas que tu m’arraches un de mes yeux »

Maman m’a ensuite lavé les jambes en ignorant le fait que ses épaules continuaient à toucher ma bite pendant qu’elle faisait ça.

En finissant, maman s’est redressée et a regardé mon entrejambe et m’a dit.

« Tu sais ce que j’ai à faire, n’est-ce pas ? »

J’ai pris une grande respiration et je me suis préparée car je savais à quoi m’attendre alors que ma mère, encore un peu de gel dans les mains, s’apprêtait à me nettoyer la cage et la queue. Maman a ensuite frotté doucement le gel entre mes cuisses et sous moi, sur tout mon sac à balles, me faisant gémir légèrement. Une fois cela fait, elle a ensuite frotté de la mousse tout le long de mon corps pendant que j’agissais de son toucher, maman me disant que tout allait bien, essayant de me mettre à l’aise.

J’ai ensuite regardé les deux mains de maman bouger jusqu’à la fin et, de la main gauche, j’ai saisi le manche à mi-chemin vers le bas. Sa main droite s’est alors emparée de mon extrémité et a roulé le prépuce. Des sensations incroyables ont couru le long de ma colonne vertébrale, comme maman l’a fait en me secouant les jambes et en faisant trembler mes jambes.
corps à serrer.

« Aaahhhh ! . … aaahhhh ! … … aaahhhh ! »

Je gémissais continuellement pendant que maman allait nettoyer mon gland. En quelques secondes, maman avait terminé l’opération et m’a retiré les mains pour me permettre de reprendre mon souffle.

« D’accord !, on va te laver, alors » dit maman en posant ses paumes sur mes hanches et en me guidant de nouveau face à la douche.

« Tu t’en es si bien sorti que Mat, je sais que tu es sensible là-bas, mais je ne peux pas faire autrement, je dois te nettoyer », s’excusait légèrement maman du fait qu’elle me donnait des couilles bleues.

Elle m’a ensuite prêté de nouveau autour de moi et a pris la pomme de douche de son crochet et a lavé tous les résidus savonneux de mon corps, ma peau tournant une teinte rosée à cause de la chaleur de l’eau. Quand cela a été fait, maman a remis la pomme de douche à sa place avec l’eau qui coule toujours.

Ce qui s’est passé ensuite est pour le moins surprenant. Remettant ses mains sur mes hanches, maman s’est approchée de moi, sa chatte poilue entrant en contact avec le haut des joues de mon cul, me chatouillant comme elle le faisait. Non seulement les nichons de maman m’ont enfoncé dans le dos juste en dessous de mes omoplates, mais ses mamelons m’ont creusé dans les seins de sa proximité. Maman a mis sa tête à côté de la mienne, joue contre joue et a regardé devant moi. Bien que sa vue était quelque peu obstruée par mes bras plâtrés, ma mère pouvait encore voir ma bite en érection debout au garde-à-vous.

« Tu commences à recevoir de l’amour des couilles bleues ? »

« J’ai répondu : « Oui maman, je n’y peux rien, surtout que tu dois me toucher. »

Maman m’a embrassé sur la joue, désolée qu’elle ait causé ça. Debout quelques instants, maman a mis ses doigts de la main droite à la bouche dans une pensée maladroite.

« Me fais-tu confiance Mat ? » dit maman sérieusement.

« Oui maman, pourquoi ? »

Après quelques secondes de réflexion, maman a respiré profondément et s’est calmée comme elle l’avait dit.

« Eh bien Mat, c’est comme ça. Je vais devoir te doucher comme ça pendant les 6 prochaines semaines et à chaque fois que je le ferai, tu vas te retrouver avec des balles bleues et ce n’est pas très juste de te laisser comme ça, n’est-ce pas ? car tu ne peux pas te soulager, n’est-ce pas ? »

J’ai dit : « C’est bon, maman, je m’en sortirai. » J’ai remarqué à quel point maman s’inquiétait.

Maman m’a serré dans ses bras et m’a dit.

« Écoute Mat, pourquoi je ne le fais pas pour toi ? » maman est tombée sur ses mots parce qu’elle avait honte de ce qu’elle m’avait proposé de me faire.

« Comment ça maman ? » J’ai demandé à maman si je l’avais bien entendue.

« Tu sais… pourquoi je ne te branle pas ? Ne te méprends pas, Mat, ce n’est pas quelque chose qu’une mère devrait faire à son propre fils, n’est-ce pas ? Et quand tu seras sorti de ton plâtre, je l’arrêterais tout de suite, mais je peux le faire tant que tu en es incapable, pourvu que tu me promettes de n’en parler à personne ».

Complètement gobsmacked de la candeur et de l’offre de maman.

« Tu es sûre maman ? » J’ai répondu que je ne croyais pas à ma chance.

« Oui Mat, ne laisse personne le découvrir, sinon je serai envoyé en enfer. »

En acceptant l’offre de maman, maman a éteint la douche, puis m’a fait faire demi-tour et m’a conduit plus haut, à l’autre bout de la baignoire, à l’endroit où la porte de la douche était ouverte. Tout en gardant les mains sur moi, elle s’asseyait sur le bord du bain, les jambes à l’intérieur, nerveuse à l’idée de me voir tomber.

« Mets-toi à cheval sur Mat, tu pourras regarder ma chatte et ma poitrine, ça t’aidera comme ça. »

J’ai fait ce qu’on m’a dit, maman gardant ses jambes et ses genoux baissés alors que j’étais à cheval sur elle, elle a posé ses mains sur les joues de mon cul et m’a manuvré jusqu’à un pied de son corps me permettant de regarder ses fesses ou ses seins pendant que mes plâtres glissaient facilement autour du haut du corps de maman, mes doigts libres pouvant presque toucher son corps nu. Elle a ensuite relevé ses cuisses vers le haut alors que sa peau sensuelle sur eux a rencontré la mienne sur le dessous de mes jambes en envoyant des sentiments merveilleux à travers moi comme notre peau connecté.

Maman m’a ensuite ouvert les cuisses plus grandes, ce qui m’a forcé à aller pratiquement sur la pointe des pieds alors que ses jambes m’enfermaient dedans.
mes couilles pendent entre ses cuisses. Comme j’ai ensuite strode ses cuisses, sa mère a ensuite mis ses mains et les a mis entre mes jambes et les a mis sur mon sac de balle, poussant ma bite maintenant totalement érigée comme elle l’a fait, ce qui m’a fait juger dans l’excitation. Elle a ensuite fait avec sa main gauche un cercle avec son pouce et son index et l’a utilisé comme corde du bourreau sur le dessus de mon sac et l’a serré contre moi, ce qui m’a fait serrer légèrement dans la douleur.

« Ça t’empêchera de lever un peu les couilles et ça te ralentira. » dit maman en souriant en faisant ça.

Coincée dans son piège, maman a ensuite posé sa main droite sur mon manche et a caressé avec précaution pendant que je gémissais sans croire à ma chance. En remontant sa main vers mes glandes, elle a ensuite recouvert ma pointe de sa paume de la main, le prépuce lentement roulé en arrière, tandis que je gémissais encore plus de plaisir, ce qui faisait trembler mes pieds sur le sol du bain. L’air froid a touché mes glandes exposées, alors que ma mère s’est serrée plus fort et a commencé à me branler dans un rythme précis et ordonné. En m’agenouillant à la merci de ma mère, j’ai pensé à ce qui m’arrivait si je n’y croyais pas, si quelqu’un m’avait dit il y a 24 heures que le lendemain, je serais à genoux devant ma mère, elle aussi nue, pendant qu’elle se branlait, j’aurais ri comme une pensée fantasque, mais ici je vis le rêve de tout collégien.

Au cours des quelques minutes qui ont suivi, maman m’a amené au bord de l’orgasme à plusieurs reprises, puis juste au moment où j’étais sur le point de jouir, a arrêté, m’envoyant délirer avec des vagues pré orgasmiques comme maman « Forced Wanked » moi en soumission. Je n’arrivais pas à comprendre comment maman pouvait savoir comment faire ça en étant une femme mariée. En respirant fortement pendant que maman continuait à se branler, je sentais des vagues de plaisir voyager autour de mon corps. Bien que je me sentais extrêmement vilain, j’avais l’impression que tous mes vœux s’étaient réalisés. Combien de garçons de mon âge, où qu’ils soient, auraient une telle chance, pas un seul d’après moi, alors j’allais en profiter de toute ma valeur.

C’est à ce moment-là que maman a accéléré le rythme et m’a saisi encore plus fort. En me regardant, maman m’a encouragé à jouir.

« Allez ! …allez ! ….sperme pour moi ! … vous pouvez le faire ! …allez ! … vous pouvez le faire ! ….sperme pour toi maman ! ….sperme pour ta mère ! »

Sentant le sperme couler dans mes couilles, je gémissais fort. « Aaahhhh ! . … aaahhhh ! … … aaahhhh ! … . maman……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Je jouis ! . . . Je jouis ! … maman ! …tu me fais jouir ! »

Mon corps a convulsé pendant que ma mère se branlait et ses encouragements vocaux m’ont fait tomber, mes jambes se sont serrées à plusieurs reprises contre les cuisses de ma mère, ce qui a fait sonner une claque autour de la salle de bain comme ils le faisaient. J’ai eu le dos arqué et j’ai eu le souffle coupé quand maman a continué à caresser ma bite en me tirant dans le sabot du chameau de maman, en m’assurant que j’étais épuisé et que je ne souffrirais pas de balles bleues pendant un jour ou deux.

S’effondrant sur le dessus de maman, maman essayant désespérément d’empêcher les deux d’entre nous de tomber du bain que j’ai commencé à récupérer, une rougeur de sexe couvrant ma poitrine.

« Bien joué, je parie que tu en avais besoin, n’est-ce pas Mat ? »

Comme je ne pouvais pas parler pour reprendre mon souffle, j’ai regardé le devant de maman et j’ai regardé mon sperme courir lentement dans les poils pubiens de maman. Puis tout d’un coup, maman a crié.

« Eeeeehhhhhhh ! » et de laisser tomber ses cuisses rapidement pour me laisser aller de son étreinte dit

« Il va falloir que tu bouges, tu vas me chatouiller les fesses et me chatouiller ! » Avec cela, maman m’a éloigné d’elle pour qu’elle puisse prendre une douche rapide pour se débarrasser de mes restes de plaisir, me laissant là à la fin du bain pour récupérer davantage et penser à ce que maman venait de me faire.

En regardant maman se laver, je me suis sentie aussi haute qu’un cerf-volant et, bien sûr, vide de l’aide de maman. Après son tour, maman m’a fait un autre lavage rapide de l’entrejambe en faisant de son mieux pour ne pas essayer de me remettre en érection, puis nous sommes tous les deux sortis du bain et nous avons été séchés. Elle s’est d’abord habillée elle-même, puis elle m’a emmenée nue dans la pièce d’entrée et m’a ensuite habillée avec l’une des autres paires de pyjamas propres.

C’était alors la routine que maman et moi avons fait pendant les 6 semaines suivantes alors que j’étais invalide à cause de mes bras cassés, à moins que ce ne soit un week-end, ce qui signifiait que je devais attendre jusqu’aux jours de semaine à cause de papa et de mes sœurs qui étaient dans la maison. D’abord on s’est déshabillé ensemble, puis on s’est douchés ensemble, puis maman m’a branlé, puis on s’est desséchés, puis on s’est habillés ensemble. Ce n’est que le dernier jour avant le retrait de mes plâtres que maman m’a fait savoir qu’elle avait un cadeau surprise spécial pour moi, dont je vais maintenant vous parler.

. … le dernier jour !

Le lundi matin, la veille du jour où mes plâtres devaient être retirés, maman m’a réveillée pour le petit déjeuner et m’a aidée à m’habiller et à descendre les escaliers malgré qu’il ne soit que 9 heures et que j’aime un peu me coucher.

« Maman, c’est quoi tout ça, c’est trop tôt ! » J’ai protesté en essayant de me réveiller correctement.

« Oh, arrête de gémir, j’ai une journée chargée et il y a quelque chose qu’on doit faire plus tard « , dit brusquement maman.

« Qu’est-ce que c’est alors ? » me demandai-je.
« Tu le découvriras après, maintenant viens te lever, je n’ai pas toute la journée. » La mère m’a ensuite tiré la couette et l’a déposée sur le sol.

Une demi-heure plus tard, après une tasse de thé, je me réveillais enfin. Maman nous prépare le petit-déjeuner en criant de la cuisine.

« Dernier jour aujourd’hui, vos plâtres seront enlevés demain, je parie que vous ne pouvez pas attendre ? »

« Non, je ne peux pas, répondis-je malhonnêtement en sachant très bien qu’après la douche d’aujourd’hui, ce serait la dernière fois que maman aurait à me branler. Bien que sachant que c’était mal, je m’y étais habitué.

Juste après 11 heures du matin, maman avait fini son ménage et s’était assise à côté de moi après m’avoir dit de bouger mes jambes, maman m’a demandé si j’étais prête pour notre douche commune.

« Oui maman, mais pourquoi si tôt ? » J’ai dit en glissant mes jambes hors du canapé et en posant mes pieds sur le sol.

« Parce que ce que j’ai en réserve pour nous deux va probablement prendre la meilleure partie de la journée. » M’aider à me lever du canapé, puis maman a ajouté

« Alors, allons-y, commençons, je parie que je vais te manquer en te donnant une douche après aujourd’hui, n’est-ce pas ?  » dit maman en insinuant qu’elle m’a branlé pendant qu’elle m’aidait à sortir du canapé et qu’elle m’escortait ensuite à la salle de bain.

Dans la salle de bain, nous avons fait notre routine secrète, d’abord maman m’a déshabillée, puis elle s’est déshabillée elle-même, ce qui m’a permis de l’éblouir. Puis en m’aidant dans la douche, maman m’a lavé et, comme d’habitude, m’a laissé m’asseoir sur ses cuisses pendant qu’elle me faisait jouir en me branlant. Puis, après s’être lavée, elle nous séchait tous les deux. Ce n’est qu’aujourd’hui, après m’être essuyé les uns les autres, que j’ai remarqué qu’il n’y avait pas d’ensemble de mes pyjamas dans la salle de bain pour moi ni de vêtements pour maman, car elle mettait sa jupe et son t-shirt dans le panier à linge.

En regardant maman se sécher, j’ai demandé où étaient mes pyjamas propres.

« Là, dans la pièce de devant »

« Comment ça se fait ? » J’ai demandé.

Maman qui a ensuite terminé son séchage et a dit

« Parce qu’on doit d’abord faire quelque chose, voilà pourquoi ! » Avec cette maman m’a tourné puis a mis ses paumes de mains sur mes hanches comme toujours malgré que mes os avaient à toutes fins pratiques guéri et a marché derrière moi pendant que j’allais vers la pièce avant en pensant que c’était là où maman voulait que j’aie à aller. Alors que je m’apprêtais à entrer, maman a crié

« Ah ! ah !, continuez là-haut ! »

Je ne comprenais pas pourquoi maman voulait que je monte, j’ai fait ce qu’on m’a demandé et nous sommes montés tous les deux en tandem. En haut du palier, maman m’a dit d’aller dans ma chambre et avec cela nous sommes entrés dans ma chambre qui avait encore le duvet sur le sol et m’avons ensuite assis sur mon lit, maman faisant de même pour me parler.

« Mat !, puis-je te dire à quel point tu t’es bien comporté ces dernières semaines quand on a pris nos douches ensemble, regardons les choses en face si c’est quelqu’un d’autre que je connais qui l’aurait probablement essayé et s’en serait un peu mal comporté, surtout face à une situation que nous avons dû endurer. »

« C’est bon maman », j’ai dit que je la mettrais dans le pétrin.

« Alors pourquoi je ne te montrerais pas ma reconnaissance et ne te laisserais pas faire l’amour avec moi, non pas que ça va être une chose normale, juste une chose unique pour aujourd’hui, juste pour te laisser sortir certaines de ces hormones de ton système. »

La surprise et l’excitation se sont précipitées sur mon corps en une fraction de seconde comme je l’ai dit

« Vraiment maman ?, mais j’ai déjà cum maman. » Maman hocha la tête et dit

« Bien sûr que si, mais ça nous aide tous les deux parce que ça va te ralentir pour la prochaine fois et me donner un multiple si tu dures assez longtemps. Mais tu n’en parles à personne, ok ?, c’est entre toi et moi, et entre toi et moi, et entre toi et moi seulement. »

« Je ne le ferai pas, je te le promets », comme je m’exclamais, ne pouvant contenir mon impatience.

« Commençons, mais on va devoir utiliser ton lit car ton père sentira l’odeur du sexe dans le mien et j’aurai beaucoup d’explications à te donner. »

Maman s’est ensuite levée et m’a dit d’ouvrir mes jambes en marchant entre mes cuisses et mes bras plâtrés.

« Tu peux d’abord travailler là-dessus ! » comme elle m’a offert ses seins.

D’abord elle s’est penchée vers l’avant en laissant pendre ses seins devant moi, puis avec ses mains en ventouse, chacune d’entre elles m’a mis chaque sein dans les doigts pour que je puisse les sentir vers le haut. Les émotions se sont déchaînées en moi alors que je bougeais mes doigts délicatement en les croisant, absorbant leurs sensations, ce qui a fait que ma bite est devenue semi-dur.

Au bout d’un court moment, elle s’est redressée et, avec sa main droite, elle m’a guidée sur son mamelon droit, tandis que sa main gauche reposait sur l’arrière de ma tête, elle m’a forcé à mettre le mamelon en érection dans ma bouche.

« Maman m’a donné des instructions pendant que je dévorais sa grosse poitrine, pendant que maman continuait à lui téter le sein en imitant les gestes de l’allaitement d’un tout-petit, puis elle fermait les yeux en appréciant les sensations que je lui donnais et gémissait.

La joie s’emplissait de joie en moi alors que je tétais continuellement joyeusement le mamelon de maman en faisant un faible bruit d’aspiration qui parcourait la pièce alors que maman bougeait un peu de temps en temps sur place, appréciant l’entraînement que je lui donnais. Bien qu’encore en plâtre, j’ai encore réussi à toucher maman, ce qui a augmenté l’érotisme du moment, mes doigts tapotant sur ses hanches courbes, alors qu’elle se tenait là devant moi.

Après environ un quart d’heure, la mère s’est éloignée de moi alors que ses pieds commençaient à picoter et qu’ils commençaient à s’endormir parce qu’ils étaient debout dans la même position trop longtemps, serrant les orteils comme elle le faisait pour essayer de faire bouger la circulation. Me souriant en me frôlant les cheveux, elle m’a dit

« Eh bien, quelqu’un aime ça, n’est-ce pas ? J’ai l’impression que tu ferais ça toute la journée si je te laissais faire. »

Alors qu’elle se déplaçait entre mes cuisses, ma mère m’a dit de retourner sur le lit. Quand je suis arrivé au centre, elle m’a aidé à pivoter de 90 degrés et ma tête était dirigée vers la tête de lit, puis m’a dit de m’allonger en arrière. Alors que je m’allongeais sur le lit, maman s’est agrippée à mes chevilles et m’a tiré légèrement vers le bas du lit, ce qui lui a donné de la place au-dessus de ma tête pour ce qu’elle avait en tête ensuite.

« Voilà, c’est mieux que j’aie de la place maintenant », dit maman en montant sur le lit et en le faisant basculer d’un côté à l’autre, ses seins faisant la même chose.

Agenouillée à côté de moi, je suis devenue perplexe, puis déçue de ce que maman faisait en pensant qu’elle allait à l’origine me monter à cheval.

« Et si tu me donnais un peu d’oral puis de Mat, ça te plairait ? »

Souriant en réalisant que j’allais lécher maman, j’ai hoché la tête, puis maman s’est mise à genoux et a marché à quatre pattes jusqu’en haut du lit. Là, elle a ensuite mis son genou gauche du côté droit de ma tête, puis, le genou droit au-dessus de ma tête et l’a mis à côté de mon côté gauche de ma tête.

En levant les yeux vers le haut, je pouvais voir tout ce qui se trouvait dans les fesses de maman, à quelques centimètres seulement au-dessus de mon visage, une vue que je ne pouvais pas voir auparavant d’après mes premiers regards. Ses lèvres chatouilleuses et bien rangées étaient absolument envoûtantes et ses poils pubiens épais et poilus m’excitaient et me faisaient ressentir des picotements dans mon sac de couilles pendant que j’absorbais tout. En avançant de quelques centimètres de plus, maman a ensuite pris ses doigts et a écarté ses lèvres et m’a donné un gros plan de son clito.

« Qu’est-ce que t’en penses ? Ça te plaît ? »

« Oui maman, c’est magnifique. » C’est alors que maman a dit

« Dans ce cas, je vais commencer, ne paniquez pas, je ne vous étoufferai pas » comme elle s’est laissée tomber sur moi.

L’entrejambe de maman s’est alors nichée sur ma bouche, son odeur me rend folle d’exaltation alors que je sors ma langue pour lécher ses parties les plus intimes pendant que maman pose ses mains sur ma tête de lit pour la soutenir. Quand je l’ai touchée, son goût de femme m’a frappé comme un coup de foudre qui a causé ma bite qui était à moitié dure de nouveau dans la position debout. Maman gémit alors bruyamment, ce qui fait serrer les cuisses et l’entrejambe. Chaque gémissement de satisfaction me conduisant au travail, je me suis mis à lécher maman furieusement, le jus de fesses commençant à couler sur les joues de mon visage comme je l’ai fait. Nom de Dieu de merde ! Je me suis dit, me sentir aussi haut qu’un cerf-volant en train de faire quelque chose dont la plupart des adolescents ne pouvaient que rêver.

Continuant à lécher, je levai les yeux vers l’avant de maman, ses seins avec ses mamelons maintenant complètement érigés se balançant légèrement en avant et en arrière pendant qu’elle se balançait sur ma bouche, appréciant l’action de ma langue.

« Mmmm ! …mmmm ! …mmmm ! … mmmm ! gémit et gémit maman en fermant les yeux pendant que ses fesses et ses cuisses se serraient à l’unisson à chaque léchage de ma langue.

« C’est ça l’amour, tu as raison sur l’homme dans le bateau… .. garde-le à cette vitesse,…. tu vas me faire jouir comme ça… » dit maman en m’encourageant.

Le temps semblait s’écouler à toute allure, car au quart d’heure, je commençais à siroter bruyamment alors que les fesses de ma mère devenaient plus trempées par mes efforts, maman commençait à gémir plus fort, à se balancer plus vite et à serrer plus fort qu’avant en me disant combien je me portais bien et en lui faisant signe d’atteindre l’orgasme.

« Aaahhhh ! Mat ! C’est ça ! C’est ça ! Je commence à jouir ! ….aaahhhh !…aaahhhh ! … aaahhhh ! » Je levai de nouveau les yeux vers le visage de maman pour la voir encore les yeux fermés, la grimace à l’agonie, alors que son bassin se balançait de plus en plus vite et que ses cuisses se rapprochaient en me pinçant la tête entre eux.

Quelques instants plus tard, l’apogée de maman a été frappée de vengeance alors que la tête de lit de la maman se serrait trop contre le mur alors que maman convulsait, sa chatte tremblait à plusieurs reprises sur ma bouche et son corps tremblait.

« Jesus Mat ! Je jouis ! . . . Je jouis ! . . . Je jouis ! ….aaahhhh !…aaahhhh ! … aaahhhh ! … … aaahhhh ! … . . Je jouis ! . . . Bon sang, je suis jouis ! »

Comme maman continuait à jouir, j’ai léché encore et encore jusqu’à ce que maman me dise d’arrêter.

« Aaahhhh ! . … aaahhhh ! … . . Mat ! Arrête ! … arrêtez ! ….aaahhhh !…aaahhhh ! … aaahhhh ! »

Maman qui frissonnait encore de ses ondes orgasmiques s’est ensuite soulevée de mon visage et s’est roulée sur le côté, sa jambe se frottant contre mon plâtre et se mettant en position de naissance fœtale, puis elle a posé son bras droit sur ses yeux alors qu’elle tentait de récupérer. La bouche et le visage couverts de jus de maman, je l’ai regardée en souriant, elle souriait malgré sa respiration lourde, et je lui ai dit

« Bravo l’amour, tu t’es bien débrouillé ! »

Quand elle s’est rétablie, maman s’est mise à genoux et a gentiment saisi ma bite encore dure en envoyant des chocs électriques à travers mon corps.

« Prête pour l’événement principal, puis l’amour ? demanda-t-elle, alors que je m’allongeais là, incapable de répondre par une excitation crue, alors qu’elle me faisait monter plus haut dans le lit et poser ma tête sur l’oreiller. Elle s’est ensuite déplacée à cheval sur mes cuisses.

« Maman m’a dit en me giflant doucement une cuisse en me disant qu’elle voulait que mes cuisses soient plus près l’une de l’autre.

En regardant vers maman, j’ai eu du mal à me contenir quand maman s’est déplacée vers l’avant jusqu’à ce qu’elle soit au-dessus de mes hanches, puis elle a de nouveau saisi ma bite puis, avec ses doigts, a roulé mon prépuce en arrière, exposant mon gland et me maintenant rigide, elle a baissé sur moi, son corps me repoussant dans mon lit pour son propre plaisir pendant que je restais tendu à l’écart de cette sensibilité. Sa chatte s’est ensuite enroulée autour de mon corps et m’a mouillée, ce qui m’a fait prendre une grande inspiration comme elle l’a fait.

Se penchant en avant pour mettre ses mains de chaque côté de moi pour la stabilité, son corps glissa sans effort entre mes bras immobiles. Pendant qu’elle faisait les seins de cette mère frottés le long de ma poitrine, ses mamelons qui me jaugeaient puis s’arrêtaient à environ 8 pouces sous mon menton me donnant une vue splendide d’eux comme j’attendais que maman commence ses mouvements.

Maman a alors commencé à pousser des mouvements de poussée, se balançant d’avant en arrière et d’arrière en faisant vaciller et grincer le lit alors que sa région pubienne entrait en collision en rime avec mes propres tremblements d’impact dans mon corps, faisant un bruit de claquement comme elle l’a fait. En levant les yeux vers maman, je pouvais la voir, les yeux fermés, les yeux fermés, se concentrant sur ce qu’elle faisait et s’assurant que c’était pour son bien.

Après environ 10 minutes, les mouvements de la mère sont devenus plus rigoureux et plus violents lorsqu’elle a commencé son approche de l’orgasme pour la deuxième fois.

« Mmmm ! …mmmm ! …mmmm ! …mmmm ! » Le lit tremblait de plus en plus fort à mesure que ma région de l’entrejambe prenait de plus en plus de force dans le bassin de ma mère, ce qui me causait une légère douleur, alors que sa respiration s’intensifiait.

« Tu n’es pas encore jouis, n’est-ce pas Mat ? » demanda maman en continuant son travail les yeux fermés.

« Pas de maman ! » J’ai répondu, mon corps étant martelé par les actions de maman.

« Bien, je ne veux pas que tu cumules encore » demandait maman en luttant virtuellement pour parler à travers elle.
l’essoufflement alors qu’elle gémissait.

« Aaahhhh ! . … aaahhhh ! … … aaahhhh ! a dit maman alors que son orgasme était à son comble, son visage se contorsionnait à l’agonie alors que son corps convulsait et tremblait et que son dos était courbé. La tête de lit s’est mise à sonner fort pendant que maman criait.

« Jésus ! . . . Jésus ! . . . Je jouis ! . . . Je jouis ! . . . Je jouis ! . . . Je jouis ! »

Avec les vagues de son sperme, le lavage de maman s’est effondré sur moi, sa tête s’est cognée le visage contre l’oreiller alors qu’elle essayait de reprendre son souffle et de récupérer. Alors qu’elle était allongée là, elle tourna la tête et vérifia deux fois.

« Tu n’as pas éjaculé alors ? »

« Pas de mère, pas encore » Maman m’a ensuite souri fièrement et m’a dit.

« Bon garçon Mat, je pourrai y retourner dans une minute », je regardai alors le plafond, horrifiée par la capacité de maman à avoir des orgasmes.

Juste une minute plus tard, maman a dit

« Puis elle s’est remise en position et a recommencé à pousser sauvagement alors qu’elle se dirigeait vers le prochain de ses multiples alors que j’étais obligée de rester allongée là alors que les hanches de ma mère tapaient sur mon bassin, les impacts me poussant plus loin dans le lit.

« Voyons voir si on peut jouir en même temps, Mat ! » maman a dit qu’avec les yeux fermés, elle est partie.
de l’enfer pour le cuir, encore une fois ses actions me font un peu mal.

Encore défoncée par rapport à son sperme précédent, il n’a pas fallu longtemps avant que maman recommence à cumuler. Au fur et à mesure que ses seins se frottaient le long de ma poitrine, je me suis sentie plus excitée, surtout en regardant ses mamelons, ce qui m’a rempli les couilles de sperme.

« Maman ! . . . Je commence à jouir ! » J’ai appelé parce que je savais par expérience que je ne pourrais pas tenir le coup.

« C’est ça l’amour ! … continue de me dire… continue… ça m’excite quand tu continues de me dire ça. »

Faire exactement ce que maman m’avait demandé, c’est exactement ce que j’ai fait.

« Maman ! . . . Je jouis ! . . . Je jouis ! … maman ! …tu me fais jouir ! …tu me fais jouir ! » Maman a parlé en union avec moi pendant qu’elle gémissait.

« Oh mon Dieu ! Mat, …je suis jouis ! . . . Je jouis ! . . . Maman a crié en entendant la tête de lit s’écraser contre le mur pour la énième fois et les gémissements de maman et moi remplissant la pièce, nous avons tous les deux culminé à l’unisson.

Alors que son visage se contorsionnait et son dos arqué pour la troisième fois de demander, c’était plus que je ne pouvais supporter comme un coup de sperme à l’intérieur de la mère me faisant crier.

« Maman ! » bruyamment alors que je tremblais à cause de mon orgasme. Maman s’est ensuite effondrée de nouveau sur moi, épuisée, alors qu’elle chevauchait elle aussi ses vagues de sperme, tandis que la pièce se taisait pendant les 5 minutes qui ont suivi, alors que nous prenions tout en silence.

En tournant la tête de l’oreiller, la mère a ensuite mis ses lèvres sur les miennes et m’a embrassé, sa langue tourbillonnant autour de ma bouche à la française. Jusque-là, je n’avais jamais embrassé correctement et j’ai trouvé la technique de baiser de maman complètement excitante, la façon dont elle faisait ça, c’était comme si elle suçait tout l’air de moi. Je me suis vite rendu compte que maman me montrait comment embrasser et je m’attendais à ce que je la suive, alors j’ai mis ma langue dans la bouche de maman et fait ce qu’elle voulait que je fasse.

Bientôt, j’ai commencé à me battre car la langue de ma mère était plus forte et elle a appuyé sur la mienne dans un match de lutte inégalitaire. Maman, sachant cela, a commencé à mettre sa langue dans le fond de ma bouche comme une plaisanterie alors qu’elle faisait des mouvements répétés imitant un membre masculin qui me poussait, ce qui m’a de nouveau rempli la tête de pensées érotiques.

Une fois complètement guérie, maman est sortie de ma poitrine et m’a demandé

« Comment c’était ? Ça t’a plu ? »

« C’était une maman brillante, merci. » J’ai dit de remercier maman pour cet événement unique. Maman m’a donné un coup de bec sur la joue et m’a dit

« Je pense que c’est fini alors, on ferait mieux de s’habiller et de revenir à la normale parce que comme je l’ai dit avant personne ne peut jamais savoir pour ce Mat ok ? »

D’accord avec maman à ce sujet, elle s’est alors détachée de moi et nous avons fait notre routine pour le reste de la journée. En m’escortant en bas, maman nous a ensuite tous les deux lavés rapidement sous la douche, puis après être entrés dans la pièce du devant, elle nous a habillés tous les deux.

Le lendemain, j’avais effectivement perdu mes plâtres et finalement, la normalité est revenue dans ma vie. Ce n’est que lorsque je me suis douché pour la première fois que j’ai réalisé à quel point j’avais de la chance d’avoir une mère comme la mienne. Peu de mères auraient fait ce que les miennes ont fait pour moi pendant ces 6 semaines alors que mes bras étaient en plâtre, ce qui m’a non seulement fait me sentir privilégiée mais aussi extrêmement honorée, et même à
Ce jour-là, malgré mon mariage, je me souviens encore parfois de mes rencontres avec ma mère et moi dans la salle de bain et la chambre à coucher.

© Copyright 2019 http://www.sexechope.com/ - Tous droits réservés